[moi - ma mère - Émile Labbé - Jean Baptiste Labbé - Michel Labbé]

 

Les 10 premières années:

1856:

St-Lazare de Bellechasse

Michel Labbé est mon arrière arrière grand-père. Né le 14 juin 1856 à St-Lazare, comté de Bellechasse, il est le quatrième enfant issu du couple Joseph Labbé et Félicité Therrien. Ainsi, avant lui, étaient venus au monde: Rosalie, le 20 juin 1851, qu'on appellera simplement Rose; Joseph, le 3 décembre 1852, décédé le 6 octobre 1853; et Gabriel, le 22 juillet 1854. Tous furent baptisés à St-Lazare.

1858:

St-Raphaël de Bellechasse

Michel a un an lorsque naît son frère Jean Baptiste, le 27 mai 1858. Il est baptisé dans l'église de St-Raphaël. Parrain: Jean Dallaire; Marraine: Dina Fredet.

1860:

Son frère Louis voit le jour le 18 mai 1860. Baptisé aussi à St-Raphaël, il a pour parrain et marraine Louis Labbé et Célonie Chinque.

1861:

Lors du recensement de 1861, la famille de Joseph, le père de Michel, cultivateur (34 ans), habite dans le district de St-Raphaël de Bellechasse. Sa femme, Félicité (la mère de Michel), dit avoir 25 ans. Avec eux vivent 5 de leurs enfants: Rose (9 ans), Gabriel (5 ans), Michel (6 ans), Jean (2 ans), Louis (1 an). Joseph et Félicité déclarent ne savoir ni lire ni écrire. La famille habite une maison en bois à un étage. Autour d'eux on trouve la famille de Barnabé Chinque et celle de François Marcoux.

Le 5 octobre suivant, naît François Xavier, autre frère de Michel. Baptisé le lendemain dans l'église de St-Raphaël, Joseph Champagne et Marcelline Labbé sont ses parrain et marraine.

1863:

Michel a 7 ans lorsque voit le jour sa soeur Marie Rose, le 14 juin 1863, à St-Raphaël. Parrain: Damase Dubé; Marraine: Lucie Harpe.

 

De 10 à 20 ans:

1866:

Le 29 juillet 1866, Michel a 10 ans. Ce jour-là, vient au monde sa soeur Mathilde, qui est baptisée le même jour dans l'église de St-Raphaël. Elle a pour marraine Rose Labbé.

1868:

St-Georges de Windsor-église

Puis la famille déménage dans les Cantons de l'Est, dans la région de Windsor, car c'est à St-Georges-de-Windsor que la grande soeur de Michel, Rosalie, épouse Joseph Glaude dit Lacharité, le 17 août 1868. Il est à noté qu'avant 1870, cette paroisse était connue comme St-Urbain de Windsor. Joseph, cultivateur, est le fils de Pierre Glaude dit Lacharité, décédé à ce moment-là, et de Marie-Anne Lizotte, de St-Georges-de-Windsor. L'acte de mariage précise que Joseph, le père de Rosalie, est alors cultivateur à Windsor-Mills. Michel a alors 12 ans.

Il a également 12 ans lorsque naît sa soeur Mathilda, trois semaines plus tard, soit le 10 septembre 1868. La petite est baptisée à St-Georges-de-Windsor le même jour. parrain: François Therrien; marraine: Marguerite Labbé.

1871:

St-georges-windsor

Lors du recensement de 1871, la famille de Joseph, le père de Michel, habite le sous-district de Windsor, dans le district de Richmond. Les données ont été recueillies par un anglophone. La famille est inscrite comme "Labaie".

La maisonnée se compose de: Joseph, 44 ans, cultivateur; son épouse Félicité, 36 ans; leurs enfants: Gabriel, 18 ans; Mikel (Michel),  15 ans; John (Jean), 13 ans; Lewis (Louis), 11 ans; Francis (François), 8 ans; Mary, 7 ans; Mathilde, 2 ans; Filmen (Philomène?), 2 mois.

Ils vivent voisins des parents de Félicité, ainsi que de la famille de son frère Ambroise. Un peu plus loin, on trouve la famille de son frère François.

1872:

Bien que je n'aie pas trouvé l'acte de baptême, les recensements nous indiquent que Salomée, une autre soeur de Michel, serait née en 1872.

Le 13 juin de cette même année, décède sa grand-mère maternelle, Félicité Côté, à Durham Sud, à l'âge de 67 ans. Elle est inhumée, deux jours plus tard, dans le cimetière de St-Georges-de-Windsor. Félicité Côté, née le 13 septembre 1804 à St-Gervais de Bellechasse, a épousé Gabriel Therrien, le 18 novembre 1822, à St-Gervais de Bellechasse. Ensemble, ils eurent de nombreux enfants.

1874:

Windsor-eglise_st_philippe

Michel a 18 ans lorsque naît son frère Napoléon Paul, le 23 décembre 1874. Baptisé le jour de Noël à Windsor, il a pour parrain Gabriel Therrien (son grand-père ou son oncle).

1876:

À l'âge de 19 ans, le 21 février 1876, Michel épouse Vitaline Couture à Windsor. Vitaline, 24 ans, est la fille de Jean Baptiste Couture et de Rosalie (qu'on appelle tout simplement Rose, dans la vie de tous les jours) Côté. Rose est la jeune soeur de Félicité Côté, la grand-mère de Michel décédée en 1872. Huit ans les séparent.

Une semaine plus tard, Gabriel, le frère de Michel, épouse Olive Ener (Hener) à Windsor.

 

Michel Labbé et Vitaline Couture

De 20 à 30 ans:

1877:

Selon le recensement de 1891, une soeur de Michel, appelée Marie, voit le jour en 1877.

Le recensement de 1901 rapporte la naissance de Jean Baptiste Labbé, le 4 juin 1877. Premier enfant de Michel et Vitaline, Jean Baptiste est mon arrière grand-père. J'ignore où il est né. Je n'ai trouvé son acte de baptême ni à Windsor, ni à St-Georges-de-Windsor.

1878:

Marie Aurélia, deuxième enfant de Michel et Vitaline, voit le jour le 18 juillet 1878. Elle est baptisée le même jour dans l'église de Windsor. Michel lui sert de parrain alors que Félicité Therrien, la mère de Michel, lui sert de marraine.

Le 25 novembre de la même année, toujours à Windsor, on célèbre un mariage double. Elzéar et Caroline Couture, frère et soeur de Vitaline et, donc, beau-frère et belle-soeur de Michel, convolent en justes noces. Elzéar, 21 ans, épouse Marie Therrien, fille de François Therrien et Marguerite Labbé. François est un frère de la mère de Michel et Marguerite est la soeur de son père. Marie, leur fille, est donc doublement sa cousine. Caroline Couture, pour sa part, épouse Joseph Therrien, le frère de Marie et donc, double cousin de Michel.

1879:

Jean, le frère de Michel, épouse Marie Montminy, à Windsor, le 7 janvier 1879. Marie et Jean ont tous deux 20 ans au moment de leur mariage. Marie est la fille d'Abraham Montminy et d'Euphémie Gosselin.

Le 8 octobre suivant, Louis, fils de Michel et Vitaline, voit le jour. Il est baptisé le 11 dans l'église de Windsor où son oncle Norbert Couture (un frère de Vitaline) lui sert de parrain. Sara Royer, épouse de Norbert, est sa marraine.

1880:

Le 22 janvier 1880, à St-Lazare, dans Bellechasse, s'éteint la grand-mère paternelle de Michel, Madeleine Dallaire, à l'âge de 75 ans. Née le 14 août 1804 à St-Gervais, Bellechasse, elle a épousé Joseph Labbé à l'âge de 20 ans, avec qui elle a eut au moins 12 enfants. Elle semble avoir vécu les 36 premières années de sa vie à St-Gervais, puis la balance à St-Lazare. Madeleine est inhumée dans le cimetière de St-Lazare le 24 janvier devant Louis Labbé (sans doute son fils) et Michel Leclerc.

Le 13 septembre suivant, à Windsor, Louis Couture, un frère de Vitaline, épouse Adèle Therrien. Adèle est une autre fille de François Therrien et de Marguerite Labbé et, donc, une autre double cousine de Michel.

Le 23 novembre, c'est autour de la soeur de Michel, Marie Rose, de se présenter devant l'autel de l'église de Windsor afin d'épouser Vilmer Montminy. Vilmer est le frère de Marie, qui a épousé Jean Labbé, le frère de Michel, l'année précédente.

1881:

Windsor-Mills-cp

Joseph Philéas, qu'on appellera tout simplement Joseph dans la vie de tous les jours, vient au monde le 2 mars 1881. Il s'agit d'un autre fils pour Michel et Vitaline. Lors de son baptême, le 6 mars suivant, Joseph Côté, un voisin, lui sert de parrain alors que Flavie St-Pierre lui sert de marraine.

Peu après, on voit arriver les "recenseux". En effet, lors du recensement de 1881, la famille de Michel, inscrit comme "Michael Labay", habite le sous-district de Windsor dans le district de Richmond.

La maisonnée se compose de: Michel, fermier, catholique, 25 ans, né au Québec;  Sa femme, inscrite comme "Mary Labay", 28 ans; leurs enfants: "John",  4 ans (1877) (Jean-Baptiste); "Mary", 3 ans (1878) (Marie Aurélia); Joseph, 1 an (1880); et "Lewis", né en mars 1881 (Louis). Il y a inversion des âges pour Joseph et "Lewis" car Louis est né en 1879 et Joseph en 1881.

Autour d'eux on trouve la famille de Joseph Côté, 36 ans, fermier; et la famille de "Frank Gareau", 45 ans, fermier.

Le temps des fêtes a dû être triste, en cette année 1881, puisque Jean Couture (baptisé Jean Baptiste, mais connu comme Jean), le père de Vitaline, quitte ce bas monde le 24 décembre. Le choc fut d'autant plus brutal que nul ne s'attendait à son décès, l'acte de sépulture indiquant qu'il s'agit d'une mort accidentelle. L'homme devait être encore en forme, malgré ses 78 ans. Né le 11 novembre 1803, à St-Charles, Bellechasse, il épousa Rosalie Côté (communément appelée Rose), à l'âge de 31 ans. La Rose, 23 ans, était alors veuve de Joseph Gosselin. Une nombreuse famille en fut issue. On célèbre les funérailles du beau-père de Michel le lendemain de Noël, dans l'église de Windsor.

1882:

Sept mois plus tard, presque jour pour jour, soit le 25 juillet 1882, Rosalie Côté, la mère de Vitaline, va rejoindre son mari. Elle a 70 ans. L'inhumation se déroule dès le lendemain dans le cimetière de Windsor. 

Après deux ans de veuvage, Joseph Labbé, grand-père de Michel, va retrouver sa Madeleine, le 22 novembre 1882, à St-Lazare, Bellechasse. Il a 80 ans. Il est inhumé le 26 devant son fils Louis et François Dutil, témoins.

1884:

Le frère de Michel, Louis, épouse Mathilde Montminy, à Windsor, le 26 mai 1884. Mathilde est aussi une fille d'Abraham Montminy et d'Euphémie Gosselin. Elle est donc la soeur de Vilmer et de Marie qui ont aussi marié des frères et soeurs de Michel.

St-Gervais, Bellechasse-église

Le 4 décembre suivant, Gabriel Therrien, le grand-père maternel de Michel, les quitte à son tour, à l'âge vénérable de 89 ans. Veuf depuis 12 ans, il est né le 6 septembre 1795 à St-Gervais, Bellechasse. À 27 ans, il épousa Félicité Côté, 18 ans, avec qui il eut plusieurs enfants. Gabriel est inhumé dans le cimetière de St-Georges-de-Windsor le 6 décembre.

1885:

Danville-église

François, fils de Michel et Vitaline, voit le jour le 25 mai 1885. Il est baptisé dans l'église de Danville le lendemain devant son parrain, son oncle Louis Labbé, et sa marraine, sa tante Aubéline (Obéline?) Couture.

Le 6 août 1885, Michel, cultivateur de St-Georges-de-Windsor, se présente devant le notaire Brien de Danville avec William Mountain, fermier de Danville. De lui, il achète la moitié Sud-Est de la moitié Sud-Ouest du lot #2 du 5e rang de St-Georges-de-Windsor, qui contient plus ou moins 50 acres de superficie. Toutefois, le vendeur se réserve tous les droits de mine et "any other valuable intrinsec production" sur le terrain, en plus d'y faire de la prospection en tout temps. Heureusement, il est précisé qu'il indemnisera l'acheteur pour toute parcelle de terre dont il aurait besoin pour ce faire au taux de 4,50$ de l'acre. Si les dommages étaient causés sur des terres défrichées, ils seraient alors estimés par les deux parties ou par des experts.

La vente est faite pour 220$, que le vendeur dit avoir déjà reçus.

Entre alors Louis Labbé, aussi du canton de St-Georges-de-Windsor, qui confirme la vente et qui, de plus, abandonne toute prétention sur ladite parcelle de terre.

Dans l'acte suivant, Michel Labbé vend la même parcelle de terre, avec les mêmes conditions, à Félix Jutras, un cultivateur du canton de Shipton. Il est précisé ici que des bâtiments sont construits sur le terrain. 

Il s'agit d'une vente à réméré. C'est-à-dire que Michel se réserve le droit de racheter son lopin de terre en remboursant les 260$ que lui a donné Jutras, plus les intérêts (8% par année). Dans l'acte, il est précisé qu'il a 4 ans pour ce faire.

 

De 30 à 40 ans:

1886:

bellechasse2001

Michel a 30 ans lorsque décède son père, Joseph Labbé, à l'âge de 60 ans. Né le 30 juin 1826 à St-Gervais, Bellechasse, il a épousé Félicité Therrien, une adolescente de 15 ans, à l'âge de 24 ans, à St-Lazare, en 1850. Leurs enfants y sont baptisés jusqu'en 1856. Puis on les voit à St-Raphaël jusqu'en 1866. En 1868, on retrouve les traces de la famille à Windsor, dans les Cantons de l'Est. Joseph est inhumé à St-Georges-de-Windsor le 18 décembre. Un autre temps des fêtes qui n'a pas dû être facile.

1889:

Michel retrouve Félix Jutras devant le notaire Brien de Danville, le 23 mars 1889. Jutras lui rétrocède les 50 acres que Michel lui avait vendus à réméré, le 6 août 1885. Il lui a remboursé les 260$ et tous les intérêts. 

Warren, Rhode Island-pc

Il est intéressant de voir que pour ce faire, Michel est allé travaillé aux État-Unis, car il est mentionné dans l'acte que Michel habite, à ce moment-là, Warren, au Rhode Island.

Il redevient donc propriétaire de la moitié Sud-Est de la moitié Sud-Ouest du lot #2 du 5e rang de St-Georges-de-Windsor, qui contient plus ou moins 50 acres de superficie.

1890:

À St-Georges-de-Windsor, le 19 septembre 1890, naît Alphonse Honoré, que tout le monde appellera Désiré. Il est baptisé deux jours plus tard, ayant pour marraine sa tante Salomée Labbé et pour parrain l'époux de celle-ci, Alphonse Boulanger. Après cinq ans sans enfant, on peut qu'imaginer que le petit Alphonse Honoré fut "désiré" par Michel et Vitaline.

1891:

Inscrit comme "Michel Labaie" au recensement de 1891, à St-Georges-de-Windsor, Michel dit être un cultivateur de 35 ans. Vivent avec lui sa femme Vitaline (40 ans), son fils Jean Baptiste (14 ans), sa fille Elea (16 ans) (Aurélia), ses fils Louis (11 ans), Joseph (10 ans), François (6 ans), Désiré (5 mois); ainsi que sa belle-soeur Obéline Couture (44 ans, veuve, inscrite comme "servante"), et ses neveux et nièce: Jean Montminy (19 ans, journalier de ferme), Alphonse Montminy (16 ans, journalier de ferme), Joséphine Montminy (14 ans) et Adélard Montminy (10 ans).

17e famille inscrite, on retrouve voisin la famille de Félicité Labbé, la mère de Michel, (une veuve de 56 ans) et ses enfants, dont Salomée et son mari Alphonse Boulanger. Également autour d'eux les familles de Narcisse Bernard, Philippe Vien, Albert St-Cyr, Pierre Morin et Joseph Hamel.

Le 16 novembre 1891, Michel, alors cultivateur de St-Georges-de-Windsor, se rend devant le notaire Brien de Danville en compagnie de Narcisse Bérard, aussi un cultivateur de St-Georges-de-Windsor. Il achète de lui la moitié Nord-Ouest de la moitié Sud-Ouest du lot #4 du 5e rang du canton de St-Georges-de-Windsor, qui comte environ 50 acres, avec les bâtisses qui sont dessus.

Michel entre en possession immédiate de la propriété, mais le vendeur se réserve le droit d'occuper les bâtiments jusqu'au premier mai suivant avec sa famille. 

Michel acquiert la propriété pour la somme de 200$ en quatre versements annuels de 50$. Pour ce faire, cette propriété est mise en hypothèque.

1892:

François, 30 ans, cultivateur de St-Georges-de-Windsor, le frère de Michel, épouse Desneiges Therrien, à Windsor, le 9 août 1892. Elle est la fille de François Therrien et de Célina Ruel, de Windsor. 

1893:

Fall_River,_MA

Michel et sa famille sont de nouveau aux États-Unis en 1893 car c'est à Fall River, au Massachusetts, que naît Edouard, le 24 mai 1893. 

1894:

Le 10 octobre 1894, la famille est de retour à St-Georges-de-Windsor. En effet, ce jour-là, Michel et Vitaline servent de parrain et marraine à Rose Anna Labbé, la fille de Louis, frère de Michel, et Mathilde Montminy.

1895:

Le 19 novembre 1895, Michel reçoit quittance de Narcisse Bérard pour le lopin qu'il lui a acheté en 1891.

 

De 40 à 50 ans:

1896:

Michel a 40 ans lorsque décède Elisabeth Marceau, l'épouse de son beau-frère, Jean Couture, à Fall River, au Massachusetts, le 5 novembre 1896. Jean est le frère aîné de Vitaline. Sa famille habite Fall River depuis au moins 1889. Elisabeth a 50 ans au moment de son décès.

1897:

Napoléon, un autre frère de Michel, épouse Élodie Gagner (qu'on verra dans certains actes comme Olive Gagnères ou Olive Gagner), le 2 août 1897, à Danville. Elle est la fille de Jonas Gagnières-Gagner, cultivateur de Danville, et Mary Connolly.

Le 29 août suivant, Michel et Vitaline jouent leur rôle de parrain et marraine pour le petit Olivier Labbé, fils de François, frère de Michel, et Desneiges Therrien, à St-Georges-de-Windsor. Malheureusement, l'enfant s'éteindra le 20 décembre suivant.

Westport, Massachusetts

Le 3 novembre, à Westport, au Massachusetts, décède Pierre Couture, un frère de Vitaline, à l'âge de 49 ans. Alors marié, on précise qu'il est mort d'une maladie de la colonne vertébrale (spine desease).

1898:

Michel et Vitaline sont de nouveau parrain et marraine, à St-Georges-de-Windsor, le 19 mai 1898. Cette fois, pour le premier né du frère de Michel, Napoléon, et de son épouse. Le petit est baptisé Joseph Jonas.

Le 3 juillet suivant, toujours à St-Georges-de-Windsor, Michel et Vitaline répètent l'expérience. Cette fois, pour le petit Léon Labbé, fils de Jean, frère de Michel, et Marie Montminy.

1899:

St-Camille-église

Un an plus tard, soit le 24 juillet 1899, Michel et Vitaline voient un de leurs fils, Louis, épouser Evelina Manseau, à St-Camille, comté de Wolfe. Louis a 19 ans alors que Evelina en a 17. Elle est la fille de Moïse Manseau, un cultivateur de St-Camille, et de Marie Descôteaux. Michel a alors 43 ans.

Le 27 octobre suivant, devant le notaire Brien de Danville, Michel se porte garant de son fils Louis alors que celui-ci achète la moitié Sud-Ouest de la moitié Sud-Est du lot #3 du 5e rang de St-Georges-de-Windsor (#369 du cadastre de Windsor), de Philippe Viens, aussi cultivateur de St-Georges-de-Windsor. C'est un terrain de plus ou moins 50 acres.

Le terrain est vendu pour 225$, dont 125$ ont déjà été payés. La balance sera payée en 4 versements annuels de 25$ et intérêts (à 6%).

1900:

L'année 1900 est d'abord marquée par le décès de Gabriel, le frère de Michel, le 7 février, à St-Georges-de-Windsor. Il a 45 ans. À l'âge de 21 ans, il a épousé Olive Ener (Hener) à Windsor. Au couple, je n'ai trouvé que deux enfants: une fille, Salomée, née en 1877 et qui épouse Joseph Godbout en 1897; et un garçon, Joseph, né en octobre 1879 et décédé en novembre 1880. Lors du recensement de 1891, on trouve Gabriel chez sa mère, avec sa fille. À se demander où est sa femme, à ce moment-là. Gabriel est inhumé dans le cimetière de St-Georges-de-Windsor. La cérémonie est célébrée le 9 février.

Le 12 mai suivant, Michel et Vitaline sont parrain et marraine de Florida Labbé, leur petite-fille, l'enfant de leur fils Louis et d'Evelina Manseau. On célèbre le baptême dans l'église de St-Georges-de-Windsor.

St-Georges-de-Windsor-rang 6-map

Le 28 novembre 1900, Michel se présente devant le notaire Brien de Danville en compagnie d'Edouard Richer dit Lefebvre, un commerçant de St-Georges-de-Windsor. Il est là pour acquérir de ce dernier la moitié Nord-Ouest du lot #3 du 6e rang de St-Georges-de-Windsor (#434 du cadastre de Windsor) - moins 2 arpents de large sur toute la profondeur, sur le côté Nord-Ouest, appartenant à Pierre Morency, fils.

Michel paie 60$ pour ce terrain. Le vendeur confirme qu'il a reçu l'argent.

1901:

Lors du recensement de 1901, la famille de Michel vit sur une terre de St-Georges-de-Windsor identifiée par le numéro de cadastre 371.

La maisonnée se compose de: Michel Labbé, 45 ans (13-6-1855); Vitaline, sa femme, 49 ans (13-6-1851); leurs enfants: Jean Baptiste, 23 ans (4-6-1877); "Orélia", 22 ans (17-7-1878); Joseph, 20 ans (2-3-1881); François, 15 ans (25-5-1885); et Désiré, 10 ans (19-9-1890). La mère de Michel, Félicité Therrien (inscrite comme "Félicité Labbé", vit aussi avec eux. Elle est veuve et a 66 ans (4-11-1834). 

On trouve autour d'eux la famille de Louis Labbé (fils de Michel et Vitaline) et celle de Napoléon Therrien, 45 ans (1855).

1902:

Félicité se présente devant le notaire Brien de Danville avec son fils Michel, en ce 29 août 1902. Elle lui fait don de la somme de 500$ en argent "et tous les animaux et autres biens mobiliers quelconques et appartenant à ladite donatrice".

Cette donation s'explique peut-être par le fait qu'elle vit déjà avec la famille de Michel depuis au moins le recensement de l'année précédente.

En échange, Michel doit garder, loger, vêtir, nourrir et entretenir sa mère, de lui procurer le prêtre et le médecin en cas de maladie. Au moment du décès de Félicité, Michel devra la faire inhumer dans le cimetière de St-Georges-de-Windsor "avec un service lors de l'inhumation".

Les exigences de Félicité ont beaucoup diminué depuis l'acte de donation à Napoléon en 1896...

Le 9 novembre suivant, Michel et Vitaline voient leur fils aîné, Jean Baptiste, épouser Rose-Alma Lemelin, à St-Georges-de-Windsor. Il s'agit de mes arrière grands-parents. Rose-Alma, 16 ans, est la petite dernière de Zéphirin Lemelin, un cultivateur du coin, et de Marie Eudace Duquette. Jean Baptiste a alors 25 ans.

1903:

Le 16 mars 1903, le notaire Brien et deux témoins se rendent chez Michel. Ce dernier, malade, désire faire son testament. Il lègue tout à sa femme, Vitaline.

Vitaline en profite pour faire aussi son testament. Elle lègue tout à son mari.

Ce ne sera, heureusement, qu'une fausse alerte.

Michel et Vitaline voient un autre de leurs fils quitter le nid et se marier, le 24 août 1903, aussi à St-Georges-de-Windsor. Il s'agit, cette fois, de Joseph, 22 ans, qui épouse Victoria Labbé, 18 ans. Joseph et Victoria sont cousins au premier degré, puisque Victoria est la fille de Jean Labbé et Marie Montminy et Jean étant un frère de Michel.

1904:

L'unique fille de Michel et Vitaline, Aurélia, épouse Arthur Lemelin, frère de Rose-Alma (épouse de Jean Baptiste, le frère d'Aurélia), le 18 janvier 1904, à St-Georges-de-Windsor. Aurélia a 25 ans alors que Arthur en a 20.

Le 27 juin suivant, Michel et Vitaline sont parrain et marraine de Yvonne Labbé, l'enfant de leur fils Jean Baptiste et Rose-Alma. Il semble que la petite ne survivra que jusqu'en février 1905.

1906:

Le 6 mai 1906, Michel, cultivateur de St-Georges-de-Windsor, est à Danville, dans le cabinet du notaire Brien, avec Philippe Viens, aussi cultivateur de St-Georges-de-Windsor. Celui-ci représente son beau-frère, Johnny Moffett, un cultivateur de Burlington. Michel vend à Moffett sa partie du lot #1 du 5e rang de St-Georges-de-Windsor (numéro de cadastre de Windsor 371) pour 1000$. Il a déjà reçu la moitié de la somme. La balance sera payable en 5 versements annuels de 100$.

Le 30 mai suivant, Michel et Vitaline sont parrain et marraine de la petite Maria Alma Couture, la fille de Norbert, un de leurs neveux, et de Marie Therrien, à Windsor. La petite s'éteindra le 6 avril 1906.

Puis, le 7 août, cette fois à St-Georges-de-Windsor, Michel et Vitaline jouent le même rôle pour Michel Rémi Labbé, enfant de leur fils Joseph et Victoria Labbé.

 

De 50 à 60 ans.

Le 12 juin 1906, à Windsor, Michel et Vitaline sont parrain et marraine de Marie Rose Lemelin, la fille d'Arthur Lemelin et de leur fille Aurélia.

1910:

St-Claude-église

Michel a 54 ans lorsque sa mère, Félicité Therrien, s'éteint à St-Claude, le 2 octobre 1910, à l'âge de 75 ans. Félicité, née le 30 novembre 1834 et baptisée le même jour à St-Gervais de Bellechasse, épouse Joseph Labbé, à St-Lazare, à l'âge de 15 ans. Elle met au monde de nombreux enfants, jusqu'à l'âge de 40 ans. La famille quitte la région de Bellechasse pour les Cantons-de-l'Est entre juillet 1866 et septembre 1868. Veuve depuis 24 ans, elle finit ses jours dans la famille de son fils Michel. Félicité est inhumée dans le cimetière de St-Claude le 4 octobre. Michel est témoin aux obsèques avec Joseph Clément.

1911:

Le 17 juillet 1911, Michel et Vitaline voient leur fils François, 26 ans, épouser Marie Anne Lavoie, 24 ans, à St-Claude. Marie Anne est la fille de Benjamin Lavoie, un menuisier, et Georgiana Gill, de St-Thomas de Pierreville. François et Marie Anne sont tous deux de St-Claude, selon l'acte de mariage.

1912:

À l'âge de 32 ans, le 25 janvier 1912, Louis Labbé, fils de Michel et Vitaline, décède à St-Claude. Dans les documents dénichés à ce jour, aucune explication n'est donnée sur la cause de cette mort prématurée. Né en 1879, Louis est le troisième enfant de Michel et Vitaline. Il est le premier à quitter le foyer familial, à l'âge de 19 ans, alors qu'il épouse Eveline Manseau, à St-Camille. La même année, il achète la moitié Sud-Ouest de la moitié Sud-Est du lot #3 du 5e rang de St-Georges-de-Windsor. L'année suivante, sa fille Florida voit le jour. Sans nouvelle de cette famille depuis le recensement de 1901, c'est avec un choc certain que je découvre le décès de Louis à un âge si peu avancé. Son frère Jean-Baptiste est témoin à ses funérailles.

Le 24 octobre suivant, à St-Claude, Michel est témoin aux obsèques de son petit-fils, Antonio Labbé, enfant de son fils Joseph et Victoria Labbé. Le bébé n'a que 5 mois.

1914:

Alphonse Honoré, qu'on appelle communément Désiré, autre fils de Michel et Vitaline, épouse Mérilice Champoux le 15 juin 1914, à Windsor. Elle est la fille d'Amédée Champoux et d'Émile Descormiers, de Windsor. Les deux époux sont majeurs.

1915:

Lowell, Massachusetts-rue Merrimack-1906

Pour Michel, après son fils Louis en 1912, c'est au tour de son frère Louis de décéder, le 9 février 1915, à Lowell, au Massachusetts, à l'âge de 54 ans. Les documents américains étant plus détaillés que les actes de sépulture, on apprend que c'est une pneumonie qui l'a emporté. Au moment de son décès, Louis et sa famille habitent Tucker Street, à Lowell, au Massachusetts. Il travaillait comme "Mill Operative". Il consulta le médecin le 7 février et décéda le 9 à 10 heures du matin d'une "Lobar Pneumonia". Né en mai 1860, Louis épouse Mathilde Montminy à Windsor, à l'âge de 24 ans. Jusqu'en 1892, leurs enfants sont baptisés à Windsor et à St-Georges-de-Windsor. Puis, en 1893, un fils, Joseph, naît et meurt à Fall River, Massachusetts. Les baptêmes de 1894 à 1897 sont célébrés à St-Georges-de-Windsor. Celui de 1898, à St-Claude. Le recensement de 1901 place la famille dans la ville de Windsor. En 1906, autre baptême à St-Georges-de-Windsor. La famille semble encore dans le coin en 1910 lorsque Louis et Mathilde sont parrain et marraine de leur petit-fils Edouard Labbé, à Windsor. L'information suivante est celle du décès de Louis, en 1915.

Autre décès, le 28 mars suivant. Celui de la bru de Michel, Mérilice Champoux, l'épouse de son fils Alphonse Honoré (Désiré). Il n'y a même pas un an que le couple est marié. Mérilice meurt après avoir donné naissance à une fille, Marie Anne Rose (Armelle), le 14 mars.

 

De 60 à 70 ans:

1916:

Michel a 60 ans lorsque meurt son fils François, 31 ans, le 19 septembre 1916, à St-Claude. C'est le deuxième fils de Michel et Vitaline à quitter ce monde à peu près au même âge, début de la trentaine... François, né en 1885 et baptisé à Danville, épouse Marie Anne Lavoie à l'âge de 26 ans. Il se dit alors cultivateur à St-Claude. Il voit naître sa fille Flore Elisabeth (Isabelle) en 1912 et son fils Martial en 1913, à St-Claude. Il n'aura guère eu le temps d'en faire davantage. Michel est témoin aux obsèques de son fils, le 12 septembre 1916.

1917:

1917-s Vitaline Couture (Michel Labbé)

Michel a encore 60 ans lorsque meurt Vitaline, sa compagne de tous les jours depuis 41 ans. Elle s'éteint le 24 avril 1917, à St-Claude, à l'âge de 65 ans. Née 7 juin 1851 et baptisée à St-Lazare de Bellechasse, sa famille a vécu plusieurs années à Buckland. La famille est dans la région de Windsor, dans les Cantons-de-l'Est, en 1876, lorsque Vitaline épouse Michel. C'est dans cette région qu'elle eut la majorité de ses enfants. Outre deux ou trois excursions en sol américain, c'est dans cette région qu'elle vécut la plus grande partie de sa vie. Avec son fils Jean Baptiste, Michel est témoin aux obsèques de son épouse, le 26 avril 1917.

1918:

Pierrevlle-Église_Saint-Thomas

Le 28 janvier 1918, à Pierreville, comté de Yamaska, Désiré, fils de Michel et Vitaline, veuf depuis trois ans, épouse Marie Anne Lavoie, la veuve de son frère François.

Le 31 octobre, Michel a la surprise d'apprendre le mariage de sa soeur Mathilda, 50 ans, la vieille fille de la famille, avec Mathias Paiement, un veuf de St-Étienne, à Montréal, paroisse St-Denis. Le couple s'installera par la suite à Windsor.

1921:

Lors du recensement de 1921, on apprend que Michel, rentier, vit à St-Claude avec la famille de son fils Désiré.

1923:

Le 14 juillet 1923, Michel se présente au poste frontière de Newport, au Vermont. Il arrive de chez son fils Désiré, à Sherbrooke, et se rend chez sa fille Aurélia Lemelin, à Fall River, Massachusetts.

1924:

Michel, rentier, en février 1924, franchit la frontière canado-américaine, à St-Albans, Vermont, en direction de Sanford, Maine. Il vient de chez son fils Désiré, à Sherbrooke. 

1925:

Le 9 août 1925, à Windsor, décède subitement Norbert Couture, un des frères de Vitaline et, donc, le beau-frère de Michel. Il a 79 ans. Baptisé à St-Gervais de Bellechasse en 1846, Norbert a épousé Sara Royer vers 1871. Leurs deux premiers enfants sont baptisés à Buckland, Bellechasse. Le reste de leur vie semble s'être déroulée à Windsor. Norbert a travaillé comme charpentier une bonne partie de sa vie. Les funérailles se déroulent le 7 août dans l'église de Windsor, deux de ses fils, Edouard et Anthime signant comme témoins.

 

Les dernières années:

1930:

Sanford, Maine-2

C'est en 1930 que décède Aurélia, la fille de Michel et Vitaline. J'ignore la date exacte, mais elle est vivante le 5 avril, lors du recensement américain, et décédée en septembre, lorsque son mari, Arthur Lemelin, repasse au Canada. Aurélia a 51 ou 52 ans, selon la date exacte de son décès. Elle meurt probablement à Sanford, au Maine, endroit où habite la famille lors du recensement américain de 1930. Née en 1878, Aurélia épouse Arthur Lemelin à l'âge de 25 ans. Elle est plus vieille que son mari de 5 ans. Leur premier enfant est baptisé à St-Georges-de-Windsor. Les deux suivants à Windsor. Le quatrième est baptisé à Bromptonville et le cinquième à Thedford Mines. Le recensement de 1911 situe la famille dans le 8e rang du canton de Windsor, où Arthur est cultivateur. Les cinq enfants suivants sont baptisés à St-Claude. Puis arrive le premier décembre 1922, où la famille se retrouve au poste frontière de Beecher Falls, au Vermont. Deux documents en font foi. 

D'abord celui intitulé "List or Manifest of Alien Passengers Applying for Admission", dans lequel on apprend qu'elle est arrivée à Beecher Falls, au Vermont. Avec Arthur, 39 ans, menuisier, on trouve Aurélia, 44 ans; Josaphat, 13 ans; Oliva, 12 ans; Donalda, 10 ans; Clara, 9 ans; Rosaire, 6 ans.

Il indique également que leur dernière résidence permanente se trouvait à Windsor Mills, au Québec; que le plus proche parent ou ami au Canada est Sarah Couture, une petite cousine habitant St-Charles; et qu'ils s'en vont à Sanford, au Maine.

Le second document est un manifeste pour Arthur, spécifiquement, intitulé "Primary Inspection Memorandum; U.S. Department of Labor; Immigration Service". On y trouve sensiblement les mêmes informations que dans le précédent, avec quelques précisions supplémentaires. Ainsi, précise-t-on que Arthur a 39 ans et 4 mois. Il a 100$ en poche. C'est son premier séjour aux États-Unis. Il va chez Rosa Lemelin, au 40 River Street, Sanford, Maine. Il prévoit un séjour de moins de 6 mois. Il n'a pas l'intention de devenir un citoyen américain. Il n'a jamais fait de prison, n'est ni un polygame ni un anarchiste, n'est pas aux États parce qu'on lui a offert un emploi, n'a jamais été déporté, sa santé est bonne, pas handicapé. Il mesure 5 pieds et 8 pouces, a le teint foncé, les yeux bleus, ne porte aucune marque distinctive.

On sait, par les deux voyages de Michel, qu'en juillet 1923, la famille d'Arthur et Aurélia est à Fall River, au Massachusetts. Elle n'arrive probablement pas à Sanford, Maine, avant février 1924. Bien qu'il n'est pas dit dans le document trouvé chez qui Michel se rend, à cette date, on peut supposer que c'est chez sa fille Aurélia. Quoi qu'il en soit, la famille d'Arthur et d'Aurélia est bien à Sanford, lors du recensement du 5 avril 1930, sur la rue Main. La famille déclare être arrivée aux États-Unis en 1922. Ce qui confirme les documents d'immigration cités plus haut.

La maisonnée est composée de: Arthur, 48 ans, menuisier; sa femme Aurélia, 51 ans; leurs enfants: Josaphat, 20 ans, un "machine worker" dans un "pluph mills"; Oliva, 19 ans, un "filling boy"; Donalda, 18 ans, une "winder" dans un "woolen mills"; Clara, 16 ans; et Rosaire, 13 ans.

Autour d'eux il y a des Morin, des Manseau, des Lessard, des Ouellette, des Goodrich, des Tucker...

Après le décès d'Aurélia, soit en septembre 1930, Arthur repasse au Canada. Le document ne précise par s'il est accompagné. Il informe cependant que Arthur déclare avoir l'intention de s'installer à St-Élie d'Orford. Va-t-il retrouver son beau-père? Parlant de celui-ci, Michel a 74 ans en 1930.

1938:

Saint-Malo-église

Il a 82 ans, lorsque décède sa soeur, Marie Rose, le 7 novembre 1938, à St-Malo d'Auckland. Elle a alors 75 ans. Marie Rose, née en 1863, épouse Vilmer Montminy en 1880, à Windsor, à l'âge de 17 ans. Les premiers enfants sont baptisés à St-Georges-de-Windsor et à Windsor. Le recensement de 1891 place la famille à Windsor, où Vilmer est journalier de ferme. Deux autres enfants sont baptisés à Windsor. Je perds ensuite la trace de la famille pendant plusieurs années. En fait, jusqu'en 1915, où leur fils Alfred épouse Edda Mongeau à St-Malo d'Auckland. La famille est à cet endroit lors du recensement de 1921, Vilmer se faisant appelé Joseph et Marie Rose, Marie. Joseph et Marie... Pas simple à trouver. Heureusement, le nom de leurs enfants, habitant encore avec eux - Delvina, Wilfrid, Ernest, Charles -, confirme qu'il s'agit bien de la famille recherchée. Marie Rose est inhumée le 9 novembre 1938 à St-Malo, ses deux plus jeunes, Louis et Charles, en sont témoins.

1940:

Mon arrière arrière grand-père, Michel Labbé, s'éteint le 23 février 1940. Ses obsèques sont célébrées le 26 février devant son gendre, Arthur Lemelin, et ses fils, Jean Baptiste et Désiré, ses témoins. Il a 83 ans.

1940-s michel labbé

 

En conclusion, voyons un peu ce que sont devenus les enfants de Michel et Vitaline et leurs familles. 

 

Jean Baptiste:

Pour Jean Baptiste, l'aîné, voir le portrait que j'ai rédigé à son sujet. 

 

Aurélia:

Arthur Lemelin (1883-1970)

En ce qui concerne Aurélia, la deuxième, j'ai pas mal fait le tour ici, lors de son décès en 1930. Ajoutons seulement que son mari, Arthur Lemelin, serait décédé le 9 août 1970 à St-Élie d'Orford.

 

Louis:

D'Évelina Manseau et Louis Labbé, décédé en 1912, je peux dire que leur fille Florida, née en 1900, a épousé Paul Bédard à St-Élie d'Orford, le 27 février 1922 et, qu'à ce moment, elle était institutrice.

 

Joseph:

Joseph et Victoria, mariés en 1903, eurent au moins 15 enfants, entre 1904 et 1922, qui semblent avoir été baptisés à Windsor, à St-Georges-de-Windsor ou à St-Claude. Le recensement de 1911 place la famille dans la ville de Windsor où Joseph est poudrier. C'est-à-dire, qu'il fabriquait de la poudre à canon. Métier des plus dangereux, comme on s'en doute. Il nous informe également que sur les 7 enfants à cette date, trois seulement ont survécu. Lors du recensement de 1921, Joseph a quitté son dangereux métier de poudrier pour se faire cultivateur à St-Claude. À ce moment, sur les 13 enfants qu'a mis au monde Victoria, cinq sont vivants: Lina, 17 ans; Rosanna, 12 ans, écolière; Clara, 10 ans, écolière, Rodolphe, 6 ans; Émilis, 3ans. Deux autres enfants viendront pour mourir aussitôt, ou presque.

 

François et Alphonse Honoré (Désiré):

Après le décès de François, en 1915, sa veuve, Marie Anne Lavoie, semble être retournée chez ses parents, à Pierreville, comté de Yamaska. C'est là que Désiré, frère de François et veuf également, l'épousera en 1918. Ensemble, ils auront au moins 8 enfants dont tous, sauf le dernier, sont baptisés à St-Claude. 

Lors du recensement de 1921, la famille habite St-Claude, où Désiré est cultivateur. Michel, son père, vit avec eux. 

Marie Anne décède avant 1941 car, apparemment, Désiré épouse Irène Denaud, le 7 juin 1941, dans la paroisse St-Jean-Baptiste de Sherbrooke. 

L'aînée de François et Marie Anne, baptisée Flore Elisabeth mais qu'on appelle Isabelle, épouse Léopold Émile Hugo, le 6 juillet 1935, à Sherbrooke, paroisse Ste-Jeanne-d'Arc. Leur fils, Martial, épouse Noella Rouillard, le 29 août 1939, dans la paroisse Immaculée-Conception, à Sherbrooke. À ce couple, j'ai trouvé un fils, André Gérard, né le 16 octobre 1940 et baptisé dans l'église Ste-Jeanne-d'Arc de Sherbrooke. 

Armelle, qui avait été baptisée Marie Anne Rose, fille de Désiré et Mérilice Champoux, aurait épousé Léo Paul Comeau à Ste-Jeanne-d'Arc de Sherbrooke, le 5 juin 1943.

Passons aux enfants de Désiré et Marie-Anne. Camille aurait épousé Yvonne Trépanier à Sherbrooke (Immaculée-Conception), le 6 mars 1943 et aurait eu trois enfants: Lorraine, Micheline et Yolande. Florence, pour sa part, aurait épousé Jean Morissette en 1941, avec qui elle aurait au moins une fille, nommée Réjeanne. Anita aurait marié Henri Simard en 1945, à Sherbrooke. Donat aurait épousé Isabelle Gagnon à Montréal, en 1954. Rollande aurait pris Ernest Simard pour époux en 1945. Et Jean Paul aurait épousé Jeannette Varin à Sherbrooke, en 1963.

Voilà ce qui complète l'ensemble de mes connaissances à ce jour de mon arrière arrière grand-père, Michel Labbé, et de sa famille.

(Note: merci à tante Monique pour la photo de Michel et Vitaline)