[moi - ma mère - Germaine Turgeon - Joseph Turgeon - Jacques Turgeon - Jacques Turgeon]

L'enfance:
1823

St-Etienne de Beaumont-Eglise-beaumontMon arrière-arrière-arrière grand-père, Jacques Turgeon, l'arrière grand-père de ma grand-mère Labbé, est né le 10 mars 1823 dans la paroisse de Saint-Étienne de Beaumont, dans le comté de Bellechasse. Il est le fils d'Antoine Turgeon, pilote de bateau sur le Saint-Laurent, et d'Adélaïde Miot-Girard. Avant lui, sont nés quatre garçons: Anselme, en 1816, Charles, en 1818, Antoine, en 1819, et Louis Barthélémy, en 1821. Ce dernier n'a vécu que quelques mois pour s'éteindre en 1822. Le petit Jacques est baptisé le jour même de sa naissance dans l'église paroissiale. Il a pour parrain son oncle Jacques Turgeon, et pour marraine l'épouse de celui-ci, Madeleine Miot-Girard.

1823-b Jacques Turgeon

1825
Jacques a deux ans lorsque naît sa soeur Henriette, le 3 juillet 1825, à Saint-Étienne de Beaumont.

1827
Deux ans plus tard, la famille voit arriver un autre garçon, que l'on baptise Louis Barthélémy, le 12 octobre 1827, toujours à Saint-Étienne.

1828
Le 27 octobre 1828, vient au monde un autre petit frère, Hubert Honoré.

1829

St-Etienne de Beaumont-cimetière Jacques n'a que six ans lorsque décède son père, le 18 novembre 1829, à l'âge de 41 ans. L'acte de sépulture ne mentionne rien quant à la cause de son décès. Mais se rappelant qu'il pilote des bateaux sur le fleuve, peut-on supposer qu'il peut avoir eu un accident quelconque?
Né en 1788 à Saint-Étienne de Beaumont, Antoine épouse Adélaïde Miot-Girard à 27 ans. Lors de son décès, le cadet de ses enfants a à peine un an. Il est enseveli à Saint-Étienne de Beaumont.

1831
Toujours à Saint-Étienne, la mère de Jacques, Adélaïde Miot-Girard, épouse Hubert Guay, le 18 janvier 1831. Il a presque dix ans de moins que Adélaïde. Fils de Pierre Guay et de défunte Josephte Couture, il est cultivateur à Saint-Étienne de Beaumont.
Le 13 décembre suivant, Hubert Florent, un premier demi-frère pour Jacques, voit le jour. Il a pour parrain son grand-père paternel.

L'adolescence
1833
Le demi-frère de Jacques, Bénoni Guay, vient au monde le 4 avril 1833.

1835
Toujours à Saint-Étienne, le 30 avril 1835, c'est au tour de la demi-soeur de Jacques, Délima, de venir au monde.

1837
Narcisse, demi-frère de Jacques, naît le 28 mars 1837.

1838
Jacques a 15 ans lorsque décède sa grand-mère paternelle, Marie Madeleine Audet dite Lapointe, le 15 août 1838, à Saint-Étienne de Beaumont, âgée de 86 ans. Née en 1752 sur l'Île d'Orléans, elle épouse Antoine Turgeon à 21 ans. Ensemble, ils auront 16 enfants. Elle est ensevelie deux jours plus tard dans le cimetière de Saint-Étienne de Beaumont.

1839
Le grand-père paternel de Jacques, Antoine, ne survit guère que quelques mois au décès de son épouse. En effet, il s'éteint le 27 janvier 1839, âgé de 90 ans. Né en 1748 à Saint-Étienne de Beaumont, il a 25 ans lorsqu'il épouse Marie Madeleine Audet dite Lapointe. Son service est célébré le 29 janvier, dans l'église de Saint-Étienne.
Le 16 mars suivant naît Olive, la demi-soeur de Jacques.

1841
Le demi-frère de Jacques, Michel Guay, naît le 7 mai 1841. Jacques a alors 18 ans.
Puis, le 25 août suivant, son frère Charles, 23 ans, décède subitement. Il était apprenti-pilote... Il suivait les traces de son père...

1841-s Charles Turgeon

1842
Le parrain de Jacques, l'oncle de qui il tient son prénom, Jacques Turgeon, s'éteint à Saint-Étienne de Beaumont le 6 avril 1842. Il n'a que 49 ans. Né en 1793, il épouse Madeleine Miot-Girard à l'âge de 29 ans.

La vingtaine:
1844

charretierÀ la basilique Notre-Dame de Québec, le 17 avril 1844, Jaques, alors charretier à Québec, épouse Ursule Bilodeau. Il a 21 ans, elle en a 19. Elle est la fille d'Antoine Bilodeau et de Marie Gonthier-Bernard.

1844-m Jacques Turgeon et Ursule Bilodeau

Le 28 mai suivant, Henriette, soeur de Jacques, épouse Simon Plante, également à la basique Notre-Dame de Québec. Elle a 18 ans et Simon en a 23. Il est charretier, tout comme Jacques.

1845
La soeur d'Ursule, et donc la belle-soeur de Jacques, Flavie, 22 ans, se marie, le 13 mai 1845, à la Basilique Notre-Dame de Québec, avec Mathias Lacroix, 27 ans. Mathias est charretier.
Le 24 juin suivant, toujours à la Basilique Notre-Dame de Québec, c'est autour de Marie Madeleine Bilodeau, autre soeur d'Ursule et belle-soeur de Jacques, de convoler en justes noces. Elle épouse en effet André Rousseau, un journalier. Marie Madeleine a 18 ans.

1846

Que_bec_e_glise_St_RochJacques et Ursule voient arriver leur premier enfant, un garçon, le 21 juillet 1846. Il est baptisé Jacques, dans l'église de la paroisse Saint-Roch de Québec, où Jacques père est charretier. L'enfant a pour marraine sa tante maternelle, Flavie Bilodeau, et pour parrain le mari de celle-ci, Mathias Lacroix.
À Saint-Étienne de Beaumont, le 4 août suivant, Antoine, le frère de Jacques, épouse Henriette Turgeon, fille de François Turgeon et de Marie Louise Provost. Henriette a 19 ans, alors qu'Antoine en a 26. Antoine est alors forgeron de la paroisse.
Puis, le 15 novembre suivant, Jacques se présente à la basilique Notre-Dame de Québec, car il est parrain de son neveu, Simon Plante, fils de sa soeur Henriette et de Simon Plante.

1847

St-Évariste-de-Forsyth-en arrivant au village En 1847, Jacques est cultivateur à Saint-Évariste de Forsyth, comté de Frontenac, lorsque naît son fils Pierre, le premier octobre. Le petit a pour parrain François Turgeon et pour marraine Archange Pépin Lachance.

1847-b Pierre Trugeon

 

 

1849:
À Québec, le 22 juillet 1849, décède Antoine Bilodeau, âgé de 51 ans, père d'Ursule et beau-père de Jacques. Né à Saint-Michel de Bellechasse en 1798, Antoine épouse Marie Gonthier-Bernard à l'âge de 22 ans. Au moins jusqu'à l'âge de 39 ans, il est cultivateur à Saint-Charles de Bellechasse, où Marie et lui élèvent leurs enfants. En 1844, la famille habite Québec. Antoine est enterré dans le "cimetière des cholériques" de Québec le 24 juillet 1849. On  peut donc conclure qu'il est mort du choléra. Il fait partie des 1185 personnes mortes du choléra à Québec, lors de l'épidémie de 1849.
 
1850
Il semble que ce soit en 1850 que soit né Elzéar, un autre fils pour Ursule et Jacques.
Le 3 septembre, à l'église de la paroisse Saint-Roch de Québec, la mère d'Ursule épouse Joseph Méthot en seconde noce. Le marié a 6 ans de plus que son épouse et est cultivateur.

1851

Saint-Évariste-de-Forsyth - Google Maps
À Saint-Évariste de Forsyth, le 19 octobre 1851, vient au monde Alfred. Il est baptisé le 2 novembre suivant à Lambton devant Joseph Godbout, son parrain, et Adèle Fortier, sa marraine.

1851-b Alfred Turgeon

1852
La petite Marie Anne (Anna), fille d'Ursule et de Jacques, serait née en 1852. Je n'ai pu jusqu'ici retrouver les documents le confirmant.
Le 14 janvier, à l'hôpital de l'Hôtel-Dieu-du-Précieux-Sang de Québec, décède Agnès Bilodeau, soeur d'Ursule et belle-soeur de Jacques. Elle n'a que 16 ans. Elle est enterrée dans le cimetière de l'hôpital. De là à supposer qu'elle est morte d'une maladie contagieuse, il n'y a qu'un pas. Du choléra? C'est possible, car il y a une autre épidémie de la maladie à Québec en 1852.
Le 21 septembre suivant, à l'église Saint-Roch de Québec, Louis Antoine, frère d'Ursule et beau-frère de Jacques, épouse Célina Bolduc. Louis Antoine est alors battelier à Québec. Célina est mineure.
Le 12 novembre, à Saint-Étienne de Beaumont, la grand-mère maternelle de Jacques, Marie Josephte Boilard, s'éteint à l'âge de 78 ans. Veuve depuis une trentaine d'années, elle semble avoir habité la paroisse de Saint-Étienne de Beaumont toute sa vie.

La trentaine:
1853

cultivateurLe 10 janvier 1853 est la date des lettres patentes pour une terre de 50 acres obtenue par Jacques Turgeon,  à Forsyth en Beauce.
Dans la paroisse de Saint-Évariste de Forsyth, le 16 avril, naît Caroline, fille d'Ursule et de Jacques. La petite est baptisée le premier mai suivant à Lambton devant Jean Breton, son parrain, et Philomène Beaudoin, sa marraine. Jacques se dit alors cultivateur.

1853-b Caroline Turgeon

1854
Louis Barthélémy, le frère de Jacques, épouse Marie Gariépy, le 30 mai 1854, dans l'église de la paroisse Notre-Dame de Québec. Louis a 26 ans alors que Marie en a 22. Louis est charretier à Québec.
Quelques jours plus tard, soit le 6 juin, dans la même église, Angèle, la soeur d'Ursule et belle-soeur de Jacques, épouse Alexis Gariépy. Angèle a 20 ans.
À l'automne, le 10 octobre, c'est au tour du frère d'Ursule, Antoine, de se marier. Il épouse Marie Léonce Léa Méthot dans l'église de la paroisse Saint-Roch de Québec. Il a 23 ans et est journalier.
Le 14 novembre, Ursule met au monde une petite fille, Odile. Elle est baptisé dix jours plus tard à Lambton. Sa tante Henriette Turgeon est sa marraine. Simon Plante, le mari d'Henriette, est le parrain.

1854-b Odile Turgeon

1855
Le 3 juillet 1855, le demi-frère de Jacques, Hubert Guay, épouse Marie Verret à la basilique Notre-Dame de Québec.

1856
Ernestine, fille de Jacques et d'Ursule, voit le jour le 15 mars 1856 à Saint-Évariste-de-Forsyth. Elle y est baptisée le 21 devant Gervais Pouliot, son parrain, et Clarice Goupil, sa marraine.

1856-b Ernestine Turgeon

1857
Selon le recensement de 1871, la petite Agnès Turgeon, fille de Jacques et d'Ursule, serait née en 1857.

1858
À l'église de la paroisse Notre-Dame de Québec, le 25 mai 1858, Bénoni Guay, 25 ans, demi-frère de Jacques, épouse Sophie Verret.
19 octobre: Ce jour-là, Jacques, devant 53 Louis, 7 chelins et 5 deniers à Pierre Célestin Dumontier, marchand de Lévis, hypothèque sa propriété de Saint-Évariste de Forsyth. Il semble qu'il s'agisse du lot #15 dans le rang ?. Elle fait 3 arpents de front sur 28 arpents de profondeur. Devant, le chemin public, derrière, les terres du gouvernement, du côté Nord, le terrain de Gervais Pouliot, au Sud, celui de Simon Fr. Lésoult (?).

1859
Selon l'acte du 17 octobre 1870, le 18 février 1859, devant le notaire C. Blanchet, Jacques vend sa terre de Saint-Évariste à Pierre Poirier.
Le 13 août suivant, Hubert Honoré, le frère de Jacques, qu'on appelle simplement Honoré, épouse Célina Côté à l'église de Saint-Étienne de Beaumont. Hubert Honoré a alors 30 ans. Son épouse en a 25.

1860
À l'église de la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Québec, François Xavier Bilodeau, frère d'Ursule et beau-frère de Jacques, épouse Adélaïde Gariépy le 9 janvier 1860. François Xavier est charretier.

Sherbrooke-Ancienne_Cathédrale_Saint-Michel_SherbrookeLe 31 mars suivant, Jacques et Ursule voient arriver un autre fils, baptisé Joseph, le 2 avril, à la cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke devant Jean Jacques, le parrain, et Aurélie Bernard, la marraine.

1860-b Joseph Turgeon

1861
À Québec, le 21 mai 1861, Siméon Bilodeau, frère d'Ursule et beau-frère de Jacques, prend pour épouse Adélaïde Leclerc. Siméon, 23 ans, est alors cordonnier dans le quartier Saint-Roch de Québec.
Mathias Lacroix, mari de Flavie, la soeur d'Ursule, décède à Québec le 20 octobre suivant. Il a 43 ans. Charretier, ses funérailles sont célébrées dans l'église de la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Québec, deux jours plus tard.

1862
À Québec, le 21 janvier 1862, décède Joseph Méthot, le deuxième mari de la mère d'Ursule. Cultivateur, il a environ 70 ans.
Lors de la naissance de Louis, le 18 février 1862, la famille de Jacques est rendue dans le canton de Hereford, près de Saint-Herménégilde, car c'est là que le petit est baptisé, le 26 février suivant. Il a pour parrain Étienne Daigneault. Le prénom de la marraine est illisible, mais son patronyme semble être Frappier.

1862-b Louis Turgeon

La quarantaine:
1863
À l'église de la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Québec, Flavie, la soeur d'Ursule, épouse Georges Méthot, en seconde noce, le 20 juillet 1863. Rappelons que Flavie était veuve depuis le 20 octobre 1861. Elle a alors 40 ans.

1864
Le 7 janvier 1864, à Saint-Étienne de Beaumont, décède Charles Turgeon, âgé de 73 ans. Il est l'oncle paternel de Jacques. Il a passé sa vie à Saint-Étienne.
Marie, fille d'Ursule et de Jacques, voit le jour le 17 mai suivant. Elle est baptisée à Saint-Venant de Paquette le 21, devant Joachim Reid, son parrain, et Rosalie Allard, sa marraine.

1864_b_Marie_Rosalie_Turgeon

1865
Siméon Bilodeau, frère d'Ursule et beau-frère de Jacques, décède à Québec, le 21 mai 1865. Il est le cadet des frères et soeurs d'Ursule. Il n'a que 27 ans au moment de sa mort. Cordonnier de son état, il laisse dans le deuil une jeune épouse et deux petites filles. Son fils naîtra moins d'un mois plus tard. Siméon est inhumé le 23 mai dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Québec.
Le 28 octobre suivant, Jacques se présente devant le notaire Archambault de Sherbrooke, en compagnie d'Olivier Camirand, hôtelier de Sherbrooke.
À ce moment, il occupe du terrain, dans le canton de Hereford, appartenant à Camirand. Soit la moitié Ouest du lot #26 et la moitié Est du lot #27, dans le 6e rang, contenant environ 200 acres, que Camirand avait acquis du Sherrif du district de Saint-François le 20 juin 1849.
Bref, les deux hommes se trouvent devant le notaire pour dresser une promesse de vente en faveur de Jacques. Celui-ci aura les terrains s'il parvient à payer les 650$ qu'en demande Camirand, en 7 versements annuels (6 de 100$ et 1 de 50$). Jacques ne doit rater aucun paiement, sinon non seulement les terrains ne lui appartiendront pas, mais il aura aussi perdu l'argent qu'il y aura investi.

1867
Une autre petite fille voit le jour chez Jacques et Ursule, le 26 août 1867. On la baptise Rose de Lima, le 29, à Saint-Herménégilde. Son grand frère Jacques est son parrain et Anne Turgeon est sa marraine. Le recensement de 1881 fait mention d'une fille de 13 ans nommée Délia, chez Jacques et Ursule. De là à supposer qu'il s'agit de Rose de Lima - d'autant que celle-ci n'est pas mentionnée dans le recensement -, il n'y a qu'un pas. Il est, en effet, fort possible que, bien que baptisée Rose de Lima, on ait appelé la petite, dans la vie de tous les jours, simplement Délia. Selon ce que j'ai pu trouver, Rose de Lima/Délia est le dernier enfant de Jacques et Ursule, le bébé de la famille.

1867_b_Rose_de_Lima_Turgeon

1869
La mère de Jacques, Adélaïde Miot-Girard, s'éteint à Saint-Étienne de Beaumont, le 9 mai 1869, à l'âge de 73 ans. Toute sa vie semble s'être déroulée à Saint-Étienne. Elle y est née en 1796; y a été baptisée; y a marié le père de Jacques, en 1816; y a eu ses enfants; y a enterré son fils Louis Barthélémy en 1822; y a enterré son mari en 1829; y a marié Hubert Gay en 1831; y a eu d'autres enfants; y a enterré son fils Charles, en 1841; y a été marraine de son petit-fils Louis Turgeon, en 1847; y habitait sur une ferme lors du recensement de 1851-52; y a enterré sa mère, en 1852; y a été marraine de son petit-fils George Honoré Turgeon, en 1860; y habitait avec la famille de son fils Hubert Gay, lors du recensement de 1861. Le service d'Adélaïde est célébré dans l'église de Saint-Étienne de Beaumont le 11 mai 1869.

1869_s_Ade_lai_de_Miot_Girard

1870
Jacques a 47 ans lorsque son fils Jacques épouse Mathilde Gagner, à Saint-Herménégilde, le 3 juin 1870. Pour plus de détails sur Jacques Turgeon fils, voir le portrait généalogique de Jacques Turgeon (1848-1923).

Coaticook_rue_Main_1900 Le 17 octobre 1870, Jacques, cultivateur du canton de Hereford, se présente au cabinet du notaire Chagnon de Coaticook. Il "reconnaît avoir reçu de Pierre Poirier, cultivateur et marchand de la paroisse de Saint-Évariste de Forsyth, dans le comté de Beauce, la somme de 43 livres courant et les intérêts sur icelle somme, balance de prix de vente mentionnée dans un acte de vente par le dit Jacques Turgeon au dit Pierre Poirier, passé devant Maître C. Blanchet, Notaire, en date du 18 février 1859, dont quittance finale et générale."
Il semble que tout le processus fut très compliqué. Trois actes notariés sont mentionnés dans le texte, dont une hypothèque sur le terrain qu'a dû prendre Jacques auprès d'un marchand de Lévis.

1871

1871_recensement
Lors du recensement de 1871, la famille de Jacques habite la maisonnée 73 du canton d'Hereford dans le comté de Compton. On y trouve Jacques, désigné ici comme "Jacob", 48 ans, fermier; sa femme Ursule, 46 ans, et plusieurs de leurs enfants. Le "recenseux" étant de toute évidence anglophone, il n'est pas simple de deviner le nom des enfants. On reconnaît Pierre, 23 ans; Elzéar, 21 ans; Anne (inscrite Hannah), 19 ans; Caroline, 17 ans; Alfred, 16 ans; Adèle, 15 ans; Agnès, 14 ans; Joseph, 11 ans; Louis, 9 ans; Marie, 7 ans.
À Lauzon, le 23 juillet 1871, décède la tante de Jacques, Angélique Turgeon, âgée de 79 ans. Née en 1791, elle a épousé Benjamin Miot Girard à l'âge de 23 ans.
Quelques jours plus tard, soit le 2 août, à Saint-Étienne de Beaumont, meurt Geneviève Miot Girard, l'épouse de Charles Turgeon, oncle de Jacques. Geneviève et Charles se sont mariés en 1817.
Le 14 août, Pierre, le fils d'Ursule et de Jacques, épouse Lucie Bergeron à Saint-Herménégilde. Pierre, cultivateur, a 23 ans, alors que Lucie en a 21.
Deux mois plus tard exactement, Jacques, cultivateur du canton de Hereford, est dans le cabinet du notaire Archambault de Sherbrooke en compagnie de Joachim Reid, cultivateur et contracteur du canton de Banford. Reid lui vend, pour 20$, plus les sommes dues à la British American Land Company, la moitié Est de la moitié Nord du lot #27, dans le 5e rang du canton de Hereford.
En même temps, Reid vend à Henriette Morin, épouse de Philippe Dierse dit Beaulieu, la moitié Ouest du lot #27 dans le 6e rang de Hereford et la moitié Ouest de la moitié Nord du lot #27 dans le 5e rang, tous deux contenant environ 150 acres. Prix de la vente: 600$ payés comptant. Rappelons que le moulin à scie dont Jacques et Beaulieu sont propriétaires, se trouve sur le quart Nord-Ouest du lot #27 dans le 5e rang.

1872
Le 6 avril 1872, avec son épouse, Jacques se présente au cabinet du notaire Chagnon de Coaticook pour dicter son testament. Il laisse tout à sa femme, Ursule Bilodeau.
Ursule fait de même, laissant tout à son mari, Jacques Turgeon.
À Saint-Herménégilde, Marie Anne (Anna), fille d'Ursule et de Jacques, épouse Alexandre Galarneau, le 9 juin suivant. Elle a 20 ans.
Jacques est parrain du petit Philéas Turgeon, son petit-fils, fils de Pierre et de Lucie, le 14 juillet 1872, à Saint-Herménégilde.

moulin_a__scie Le 6 novembre, devant le notaire Chagnon de Coaticook, Jacques Turgeon rejoint dame Philippe Dierse alias Beaulieu. Elle vend à Jacques tous ses droits sur la moitié d'un moulin à scie et "tous les agrès dudit moulin et tous ses droits par rapport à l'usage en commun de deux acres de terre avoisinant le dit moulin situé sur le quart Nord-Ouest du lot #27 du rang 5 dudit Township d'Hereford".
La vendeuse avait acquis cette moitié de moulin le 20 août 1870 auprès du Révérend J.B. Chartier, devant le notaire Chagnon.
Jacques devra payer les taxes sur sa partie de propriété, ainsi que 50$, sur lesquels il en donne 12$ dès lors. La balance sera payable en 2 versements: 13$ avant le mois de juillet prochain, et 25$ avant le mois de mars suivant.
À ce que je comprends par un acte du 11 septembre 1874, Jacques devient ainsi l'unique propriétaire du moulin à scie. Il semble être co-propriétaire depuis au moins 1870. Son nom est mentionné dans l'acte de vente du 20 août 1870, entre l'abbé Chartier et Dame Philippe Dierse dit Beaulieu.

La cinquantaine
1873
À Saint-Herménégilde, le 13 avril 1873, Jacques est parrain de la petite Rose Anna Galarneau, sa petite-fille, fille d'Alexandre et de Marie Anne (Anna).
Le 6 mai suivant, Jacques Turgeon, du canton de Hereford, se présente devant le notaire Chagnon de Coaticook en compagnie de Louis Bernard, de Saint-François de Beauce, pour lui vendre le quart Nord-Est du lot #27 dans le rang 5 du canton de Hereford. Il contient environ 50 acres et des bâtiments y sont érigés.
Prix de vente: 669$ si l'acheteur paie ce qui reste à payer à la British Land Cie. Si Jacques doit payer la British Land Cie, alors le prix de vente est de 700$.
Pour s'assurer d'être payé, Jacques ne prend pas de risque. Il fait hypothéquer le terrain en sa faveur.
La fille de Jacques et d'Ursule, baptisée Odile, mais qu'on appelle Adèle, épouse Joseph Fortier, à Saint-Herménégilde, le 9 juin 1873. Jacques en est témoin.
Le 9 septembre, Jacques se présente chez le notaire Chagnon avec son fils Alfred, auquel il vend la moitié Est de la moitié Est du lot #27 du rang 6 du canton de Hereford, d'une superficie d'envirion 50 acres.
Jacques l'avait acheté par acte, devant le notaire A. Archambault, d'un certain Hercule Camirand, il y a 7 ou 8 ans.
Jacques vend le terrain pour la somme de 600$, payable en versements de 150$, débutant le 1er mai 1874.
Le 12 septembre, Jacques est de retour devant le notaire Chagnon de Coaticook en compagnie de Louis Bernard. Ce dernier ayant payé tout l'argent dû pour le terrain que lui a vendu Jacques en mai 1873, une quittance lui est remise.
Le 17 octobre, Jacques a reçu de Sylvain Côté les 50$ qui lui étaient dus plus les intérêts, tel que mentionné dans un acte de cession entre Calixte Hamel et Sylvain Côté.

1874
Le 26 mars 1874, Jacques Turgeon père et fils se présentent au cabinet du notaire Archambault de Sherbrooke. Jacques père vend à son fils le quart Nord-Ouest du lot #26 dans le 6e rang du canton de Hereford, étant du quart de la largeur sur toute la profondeur et faisant environ 50 acres. Ce terrain est borné au Nord par le quart du lot 27 et au Sud par le vendeur.
Prix de la vente: 150$
En acompte, Jacques père a reçu tous les intérêts à ce jour plus 37$. La balance sera payable en 2 versements annuels égaux plus intérêts.
Le 5 mai suivant, Devant le notaire Archambault de Sherbrooke, Jacques Turgeon, cultivateur du canton de Hereford et Olivier Camirand, bourgeois de Sherbrooke, renégocient.
Jacques obtient finalement son acte de vente, pour lequel il avait une promesse de vente depuis 1865, pour la moitié Ouest du lot #26 et la moitié Est du lot #27 dans le 6e rang du canton de Hereford. Toutefois, pour ce faire, il doit prendre une obligation envers Camirand pour la somme de 397,50$.
Il faut tout de même avouer que Camirand s'est montré tolérant. Plutôt que de respecter les clauses édictées dans la promesse de vente de 1865 (qui énonçaient que Camirand reprenait entière possession des propriétés si Jacques ne parvenait pas à régler sa dette dans les 7 ans), il renégocie avec Jacques.
Dix jours plus tard, Jacques se retrouve une fois de plus devant le notaire Archambault. Cette fois, en compagne de dame William White, de qui il emprunte 200$, hypothéquant à nouveau la moitié Est du lot #27 du rang 6 de Hereford, faisant environ 100 acres et le quart Sud-Ouest du lot #26 du même rang (de 50 acres environ), déjà hypothéqué en faveur d'Olivier Camirand.
Le 23 mai, devant le notaire Archambault de Sherbrooke, nouvelle obligation pour Jacques envers Olivier Camirand, de 132,50$.
On peut supposer qu'il a remis à Camirand les 200$ qu'il a empruntés à Mme White , plus une soixantaine de dollars qu'il a réussi à ramasser ailleurs. Il remet en garantie les deux même propriétés que précédemment.
Le 31 juillet 1874, devant le notaire Chagnon de Coaticook, Pierre Turgeon vend à Jacques Turgeon la moitié Nord du lot #24, du rang 3 du canton de Hereford, contenant environ 100 acres, avec améliorations et bâtisses dessus construites, une paire de boeufs âgés de 7 ans, une charrue, avec herse, un harnais de travail & cinq bob-sleighs.
Sont exclus les minéraux sur le dit lot et le droit de les exploiter.
Pierre avait acquis ce terrain des héritiers Agilvie, par leur procureur, Mme Hackwell, le 19 décembre 1873, par acte devant le notaire Chagnon. Cette vente est enregistrée au bureau d'enregistrement de Cookshire.
Prix de la vente: 1200$, que Jacques paie content, d'où quittance finale et générale.
NOTE: il n'est pas précisé si l'acheteur est Jacques Turgeon-père ou Jacques Turgeon-fils.  Pierre peut donc avoir vendu ce terrain aussi bien à son père qu'à son frère.
À Saint-Herménégilde, le 6 septembre suivant, Jacques est le parrain de la petite Délia Turgeon, sa petite-fille, fille de Jacques et de Mathilde.
Le 11 septembre, devant le notaire Chagnon, Jacques revend la moitié du moulin à scie acquise de dame Philippe Beaulieu, en 1872, à John Beaulieu, pour 50$. Il reste propriétaire de l'autre partie.

1876
Le 12 mai 1876, devant le notaire Chagnon de Coaticook, Jacques vend à Alfred Turgeon (son frère s'il s'agit de Jacques Turgeon-fils ou son fils s'il s'agit de Jacques Turgeon-père; ce qui n'est pas précisé), le terrain acheté de Pierre Turgeon en 1874, soit la moitié Nord du lot #24, dans le 3e rang de Hereford, avec les amélioration et les bâtisses.
Prix: 1000$, dont Jacques a déjà reçu 600$.
Ernestine, fille d'Ursule et de Jacques, épouse Cyrille Beaulieu, à Saint-Herménégilde, le 26 juin suivant.
Le 5 juillet suivant, Alfred ayant payé les 600$ dus sur le terrain acheté de Jacques Turgeon, en mai 1876, quittance lui est remise devant le notaire Chagnon.
Le 29 septembre 1876, ayant reçu les 700$ manquant de la vente d'une terre à Louis Bernard, en mai 1873, une quittance est remise à ce dernier. Le notaire semble dire qu'il s'agit d'une deuxième quittance "pour le même effet".
Puis, aussitôt après, Jacques rachète de Bernard ledit terrain, soit le quart Nord-Est du lot #27 dans le rang 5 du canton de Hereford, contenant environ 50 acres. Ce faisant, il s'engage à payer ce qui reste à la British American Land Company, ce que Bernard s'était engagé à faire en achetant le terrain en 1873, mais ce qu'il n'a vraisemblablement pas fait.
Pour ce faire, Jacques emprunte 175$ à Paquette & Cloutier, des marchands de Coaticook. Emprunt qu'il remboursera au cours des trois prochaines années.
Le 23 octobre, Jacques remet les 7,30$ à dame Philippe Beaulieu, qui restait encore à payer sur la moitié du moulin à scie qu'il lui avait achetée en 1872, pour lesquels il reçoit une quittance finale.
En même temps, John Beaulieu lui donne les 15,14$ qu'il lui devait encore sur la même propriété, que Jacques lui avait vendue en septembre 1874. John reçoit donc aussi une quittance finale.
Le premier décembre 1876, Jacques et Alfred Turgeon se retrouvent devant le notaire Archambault de Sherbrooke pour lui céder, à titre de responsable de la succession Agilvie, la moitié Nord du lot #24 du rang 3 du canton de Hereford, pour 1$. J'imagine que ni un ni l'autre n'est en mesure de rencontrer les paiements.

1877
Le deuxième époux de la mère de Jacques, Hubert Guay, s'éteint à Saint-Étienne de Beaumont, le premier janvier 1877.
Le 27 avril, à Sherbrooke, s'élève un protêt contre Jacques Turgeon.
"À deux mois de cette date pour valeur reçue je promets payer à JA Camirand ou ordre(?) à la Banque Nationale ici la somme de cent dix 110 piastres Signé Jacques x Turgeon; endossé JA Camirand."
Bref, à la date prévue, le notaire se présente à la Banque pour récupérer ses 110$ pour se faire dire par le caissier qu'il n'y a pas de fonds dans le compte. Le notaire n'est pas content. "C'est pourquoi, moi, le Notaire Public susdit, à la réquisition susdite, j'ai protesté et je proteste, par ces présentes, contre le prometteur et l'endosseur du dit billet…"
Il n'est pas précisé s'il est question de Jacques Turgeon père ou de Jacques Turgeon fils.
À Saint-Herménégilde, le 31 mai, Jacques est parrain de la petite Marie Adéla Fortier, sa petite-fille, enfant de Joseph et Odile (Adèle).
Le 24 août, devant le notaire Chagnon, Jacques revend le fameux terrain désigné comme le quart Nord-Est du lot #27 du rang 5 du canton de Hereford, à son gendre, Alexandre Galarneau. Pour l'acquérir, ce dernier devra payer ce qui reste à payer à la British American Land Company ainsi que la somme que Jacques a emprunté à Paquette & Cloutier en septembre 1876.

1879
Marie Magdeleine Bilodeau, soeur d'Ursule et belle-soeur de Jacques, s'éteint à Québec le 13 janvier 1879. Elle n'a que 52 ans.

1881
Lors du recencement de 1881, la famille habite la 90e maison visitée et la 97e famille visitée par les "recenseux" dans le canton d'Orford. On y trouve Jacques, qui dit avoir 60 ans et être fermier; sa femme Ursule, qui dit avoir 58 ans; leur fils Joseph, qui dit être fermier et avoir 20 ans; et Delia, 13 ans, qui fréquente l'école.

1881_Recensement_Jacques_Turgeon

La soixantaine
1885
La soeur de Jacques, Henriette, décède à Québec le 23 avril 1885, à l'âge de 59 ans. Elle laisse dans le deuil son mari, Simon Plante et ses enfants et petits-enfants. Son service est célébré dans l'église de la paroisse Saint-Sauveur de Québec.

1886
Antoine, le frère de Jacques, s'éteint le 10 mars 1886, à Québec, âgé de 66 ans. Il laisse derrière lui son épouse, Henriette Turgeon, ses enfants et petits-enfants. Son service est célébré le 13 mars dans l'église de la paroisse Notre-Dame de Québec.
Le 5 juillet suivant, Jacques est témoin au mariage de son fils Joseph, à la cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke. À 26 ans, Joseph épouse Mary Ann Simpson, fille de James Simpson et d'Elizabeth O'Connor.

1887
Lors du mariage de son fils Louis avec Demerise Rousseau, le 10 janvier 1887, Jacques se dit toujours cultivateur. Louis, qui se dit aussi cultivateur, a alors 24 ans, alors que son épouse en a 23. Le mariage est célébré à la cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke.
Le 9 mai suivant, au même endroit, Jacques est parrain de sa petite-fille, Marie Anne, fille de son fils Joseph et de Mary Ann Simpson.

1889
Jacques a 65 ans lorsque décède son beau-frère, le frère d'Ursule, Louis Antoine Bilodeau, le 25 février 1889, âgé de 60 ans. Les funérailles sont célébrées dans l'église de la paroisse Saint-Roch de Québec.
Jacques Turgeon, cultivateur du canton d'Ascot, se présente au cabinet du notaire Archambault, le 2 avril 1889, en compagnie de Joseph Garant, du même endroit, pour lui vendre une partie du lot #7, dans le 12e rang du canton d'Ascot, formant 40 arpents de superficie. La balance appartient à Louis Turgeon, fils de Jacques. Cette terre se situe "à l'est du chemin et suffisamment à l'ouest du chemin actuel de-la-Rivière vers le Ch.(?) Ry"…
L'acte mentionne que Jacques a reçu le lot du gouvernement.
Il se réserve le droit de prendre sur cette terre du bois de chauffage pour lui et les siens. Prix de la vente: 500$. Jacques dit qu'il en a déjà reçu 65$.
Pour la balance du montant, ça se complique. L'acte semble dire que Garand devra payer le vendeur, Alfred Holson (Ecu. cessionnaire de Louis Turgeon) et le notaire Archambault. Premier paiement dans 4 mois:  "l'intérêt sur le tout + ensus 100 piastres". Le reste par versements de 100$ par année plus les intérêts (6% par an).
Le 4 décembre suivant, à la basilique Saint-Michel de Sherbrooke, Jacques est le parrain de son petit-fils, Lucien, fils de son fils Louis et de Demerise Rousseau.

1891
À l'âge de 68 ans, le 17 septembre 1891, Jacques décède. Il en a parcouru des kilomètres au cours de sa vie! La débutant à Saint-Étienne de Beaumont pour la terminer dans le canton d'Orford, en passant par Québec, la Beauce et le canton de Hereford. De toute évidence, il aimait faire des affaires. Et il en a brassé, des affaires! Ont-elles jamais été florissantes? On est en droit de se poser la question. Car il semble avoir tout perdu, en 1877, avec cette histoire de protêt.
Les funérailles de Jacques sont célébrées à la basilique Saint-Michel de Sherbrooke, le 21 septembre 1891.

1891_s_Jacques_Turgeon

Qu'est devenue sa famille?
Ursule, son épouse:
Veuve depuis peu, Ursule vend un résidu de terrain à Joseph Garaud (Garant?), le 24 septembre 1891, dans le cabinet du notaire Archambault, à Sherbrooke. Prix: 700$. Acte plein de ratures, difficile à lire.
Lors du recensement de 1901, elle vit avec la famille de sa fille Ernestine et de son gendre, Cyrille Beaulieu, dans le canton d'Ascot.
Ursule s'éteint le 22 janvier 1902, âgée de 77 ans. Ses obsèques sont célébrées dans l'église de Rock Forest. Témoins: son fils Jacques et Albert Beaubien.

1902_s_Ursule_Bilodeau_11902_s_Ursule_Bilodeau_2


Ses enfants:
Jacques: voir le portrait généalogique qui lui est consacré (Jacques Turgeon 1846-1923).

Pierre: on se souviendra que Pierre épouse Lucie Bergeron, à Saint-Herménégilde, le 14 août 1871, où il est cultivateur. Il semble avoir hérité de son père le goût de faire des affaires. Ainsi, dès le 8 novembre suivant: Au cabinent du notaire Chagnon de Coaticook, promesse de vente par Pierre Turgeon, cultivateur du canton de Hereford, et son épouse à Charles Beaulieu, cultivateur de Lawrence, Massachusetts, et résidant désormais dans le canton de Hereford.
Le terrain semble appartenir à Lucie. Il s'agit de la moitié Ouest de la moitié Ouest du lot #5 du rang 5 du canton de Hereford. Il fait plus ou moins 50 acres.
"Tel qu'aquis par le dit Pierre Turgeon par acte sous seing privé vers le printemps 1867, avec une plus grande étendue de terrain - lequel titre sera remis au dit Charles Beaulieu."
On promet de vendre à Beaulieu si celui-ci paie dorénavant les taxes scolaires et municipales sur ledit terrain. Aussi pour la somme de 125$, dont 25$ ont été payés ce jour. La balance sera payée en 4 versements annuels de 25$ + intérêts.
En 1872 et 1873 naissent deux de ses enfants: Philéas et Arthémise.
Le 21 août 1873, devant le notaire Chagnon, Pierre vend à Georges Dubé, cultivateur de Sorham, New Hampshire, le lot #27 du rang 4 du canton de Hereford faisant environ 200 acres.
"En outre, le dit acquéreur aura le droit d'occuper une maison située sur le lot - maison occupée par le dit vendeur - durant cinq ans de ce jour - sans rien payer au dit vendeur pour cette occupation…"
De plus, Pierre devra préparer 4 arpents sur le terrain pour le rendre prêt à ensemencer au printemps prochain.
Pierre avait acquis le terrain d'Aaron Wilkinan, par seing-privé, le 5 novembre 1872.
Prix de vente: 1000$, dont Pierre a reçu 500$. La balance devra être payé au plus tard en janvier prochain (1874). Sans intérêt.
Le 4 octobre 1873, devant le notaire Chagnon, Pierre vend à Georges Dubé, cultivateur de Sorham, New Hampshire, le lot #27 du rang 4 du canton de Hereford faisant environ 200 acres.
"En outre, le dit acquéreur aura le droit d'occuper une maison située sur le lot - maison occupée par le dit vendeur - durant cinq ans de ce jour - sans rien payer au dit vendeur pour cette occupation…"
De plus, Pierre devra préparer 4 arpents sur le terrain pour le rendre prêt à ensemancer au printemps prochain.
Pierre avait acquis le terrain d'Aaron Wilkinan, par seing-privé, le 5 novembre 1872.
Prix de vente: 1000$, dont Pierre a reçu 500$. La balance devra être payé au plus tard en janvier prochain (1874). Sans intérêt.
Le 23 octobre: Georges Dubé, par l'entremise du curé Chartier de Coaticook, ayant remboursé 25$ à Pierre, Dubé reçoit quittance pour ce montant, devant le notaire Chagnon.
Le 19 décembre: Devant le notaire Chagnon, Pierre achète des héritiers Ogilivie la moitié Nord du lot #24 du rang 3 du canton de Hereford pour 200$.
Le 31 juillet 1874: Devant le notaire Chagnon de Coaticook, Pierre vend à Jacques Turgeon la moitié Nord du lot #24, du rang 3 du canton de Hereford, contenant environ 100 acres, avec améliorations et bâtisses dessus construites, une paire de boeufs âgés de 7 ans, une charrue, avec herse, un harnais de travail & cinq bob-sleighs.
Sont exclus les minéraux sur le dit lot et le droit de les exploiter.
Pierre avait acquis ce terrain des héritiers Agilvie, par leur procureur, Mme Hackwell, le 19 décembre 1873, par acte devant le notaire Chagnon. Cette vente est enregistrée au bureau d'enregistrement de Cookshire.
Prix de la vente: 1200$, que Jacques paie content, d'où quittance finale et générale.
La vie se poursuit dans le canton de Hereford, pour la famille de Pierre. Ainsi, le 9 mars 1875, naît la petite Georgina. Le 5 juin suivant, décède le petit Philéas. Adéline voit le jour le 6 février 1877. Albert, pour sa part, vient au monde le 18 avril 1880. Delphine naît en 1882, Jean Pierre le premier janvier 1884 et Adélard Eugène le 5 novembre 1885.
7 décembre 1885: Pierre, cultivateur de Hereford, achète de Joseph Saint-Pierre une parcelle de terre d'un acre et demi de large par toute la longueur de la moitié Nord du lot #25 du rang 4, borné à l'Ouest par le terrain d'Évangiliste Bourassa et à l'Est par celui de Ferdinand Fortin, pour 200$ comptant.
Puis, il se tourne de bord et vend à Ferdinand Fortin la même parcelle de terre pour le même prix, payable en 4 paiements annuels de 50$.
La famille déménage dans le canton d'Ascot où naît Philippe Arthur, le 7 avril 1887, ainsi que Vitaline Odéline, le 9 février 1889. Celle-ci décède un peu plus d'un mois plus tard.
Lors du recensement de 1891, la famille habite le Canton d'Ascot, comté de Sherbrooke. Elle est inscrite comme "Tourjon".
La maisonnée se compose de: Pierre (inscrit comme Peter), 42 ans, "farmer" (fermier); son épouse Lucie, 40 ans; leurs enfants: Freddie, 12 ans; Albere, 10 ans; Jonnie, 6 ans; Delore, 5 ans; Philippe, 4 ans; Arthémise, 17 ans; Georginie, 16 ans; Deline, 14 ans; Delphine, 9 ans.
Voisin, il y a la famille du frère de Pierre, Jacques. Aussi autour d'eaux, les familles de Prosper Proulx, William Scott; William Dunsmore; Charles Drummond, Martin Collins, Octave Gauthier.
Angélina voit le jour le 30 avril 1891.
2 mai 1893: Pierre se présente devant le notaire Archambault de Sherbrooke. L'intitulé de l'acte est "Transport par Pierre Turgeon à Alfred Holson par J. Azarie Archambault.
Je ne suis pas sûr de bien comprendre l'acte en question.  Il semblerait que, le 2 décembre 1891, Pierre ait vendu le coin Nord-Ouest du lot #8 du rang 11 d'Ascot à Alfred Bergeron. Il semble qu'il reste encore 175$ + intérêts à payer sur ladite vente. J'imagine qu'Alfred est incapable de payer car Alfred Holson, cessionnaire, Esquire d'Orford, est arrivé dans le portrait. Il semble avoir mis la patte sur le terrain de Bergeron.
À noter la phrasologie de cette phrase, tirée de l'acte:
"Nous ledit cessionnaire, en autant que faire se peut, savoir une somme & balance de 175$ & intérêts…" C'est le "autant que faire se peut" que je trouve intéressant… Pierre ne semble pas prêt d'avoir son argent rapidement...
En 1896, Pierre est camionneur à Rumford Falls, au Maine, États-Unis. C'est vraisemblablement l'endroit où décède son épouse Lucie, cette année-là, ou au début de 1897.
Le 2 mars 1897, Pierre semble être journalier à Sawyeric River, New Hampshire.
Je le perds de vue pendant presque 30 ans, pour le retrouver lors de son décès, le 15 décembre 1926, à Rumsford, Maine, âgé de 79 ans.

Elzéar: je perds rapidement la trace d'Elzar. Il apparaît au recensement de 1871. Il a alors 21 ans et habite le canton de Hereford avec sa famille. Il est témoin au mariage de sa soeur Ernestine, le 26 juin 1876, à Saint-Herménégilde. Puis, plus rien. Je ne serais pas particulièrement surpris qu'il soit passé aux États-Unis et qu'il ait changé son nom.

Alfred: il n'a que 21 ans lorsqu'il achète de son père la moitié Est de la moitié Est du lot #27 du rang 6 du canton de Hereford. Jacques l'avait acheté par acte, devant le notaire A. Archambault, d'un certain Hercule Camirand, il y a 7 ou 8 ans. Jacques vend le terrain pour la somme de 600$, payable en versements de 150$, débutant le 1er mai 1874.
12 mai 1876: Devant le notaire Chagnon de Coaticook, Jacques Turgeon vent à Alfred Turgeon le terrain acheté de Pierre Turgeon en 1874, soit la moitié Nord du lot #24, dans le 3e rang de Hereford, avec les amélioration et les bâtisses. Prix: 1000$, dont Jacques a déjà reçu 600$.
5 juillet 1876: Alfred ayant payé les 600$ dus sur le terrain acheté de Jacques Turgeon, en mai 1876, quittance lui est remise devant le notaire Chagnon.
1 décembre 1876: Jacques et Alfred se retrouvent devant le notaire Archambault de Sherbrooke pour lui céder, à titre de responsable de la succession Agilvie, la moitié Nord du lot #24 du rang 3 du canton de Hereford, pour 1$. J'imagine que ni un ni l'autre n'est en mesure de rencontrer les paiements.
19 mars 1889: Quittance de Joseph Turgeon à Alfred Turgeon. C'est là la dernière trace que j'ai trouvée d'Alfred.

Marie Anne (Anna): on se souviendra que Marie Anne (Anna) épouse Alexandre Galarneau, le 9 juin 1872, à Saint-Herménégilde. En mars 1873 et janvier 1875 naissent leurs filles Rose Anna et Malvina. Le 29 mars 1875, Marie Anne (Anna) est marraine de sa nièce, Georgina Turgeon, fille de Pierre et Lucie, et le 19 juillet 1875, elle est marraine de Marie Louise Fortier, fille de Joseph Fortier et de sa soeur Odile (Adèle) Turgeon. Alexis, Georgianna, Malvina et Louis viennent s'ajouter à la famille entre 1876 et 1880. Je perds la famille de vue pendant treize ans. Puis, le 31 juillet 1893, Alex Napoléon voit le jour à Baraga, au Michigan, aux États-Unis. L'année suivante, vient au monde Grace Loretta, au même endroit. Selon l'arbre généalogique des Fortier, Marie Anne (Anna), serait décédée en 1937, à l'âge de 85 ans, à L'Anse, Baraga, Michigan, USA.

Caroline: elle a 18 ans lors du recensement de 1871, et habite le canton de Hereford, avec sa famille. Le 14 août de la même année, elle est témoin au mariage de son frère Pierre, à Saint-Herménégilde. Je soupçonne qu'elle passe aussitôt après aux États-Unis où elle est allée travailler dans les manufactures. C'est sans doute là qu'elle épouse Marthélémie Marotte. Leur fils Fred (Freddie) Hazen voit le jour en 1878.
Lors du recensement de 1880, la famille de Barthélémie habite Bloomfield, au Vermont. La maisonnée se compose de: Barthélémie, 37 ans, qui travaille dans un moulin à scie; son épouse Caroline, 25 ans; leurs enfants: Freddie, 2 ans; Adeline, 2 mois. En fait, la petite Adeline naît le 5 mars 1880 à Bloomfield, Vermont.
Puis naissent Alphonse (1884), Pierre (Peter) (1887), Bethlema (26 septembre 1888).
Lors du recensement de 1900, la famille de Barthélémie habite Rumford, au Maine. La maisonnée se compose de: Barthélémie, 56 ans (août 1843), né au Canada, ? Keeper, aux USA depuis 1868; son épouse Caroline, 45 ans (mai 1855), née au Canada, qui a eu 8 enfants dont 4 sont en vie, aux USA depuis 1870; leurs enfants: Hazen, 20 ans (juillet 1879), né au New Hampshire, marié depuis 4 ans; Alphonse, 16 ans (mars 1884), né au New Hampshire, "teamster"; Peter, 12 ans (avril 1887), né au New Hampshire, écolier; Adeline (inscrite comme Adeline Stewart), 19 ans (mars 1881), née au New Hampshire, mariée depuis 2 ans, a eu 2 enfants dont 1 est en vie, "Clerk"; Daniel Stewart, l'époux de Adeline, 30 ans (août 1869), né au Canada anglais, "Journalier dans un moulin à papier"; Harold, fils de Daniel et Adeline, 5 mois (janvier 1900), né au Maine; Adeline (inscrite comme Adeline Marotte), brue de Barthélémie et Caroline (épouse de Hazen), 21 ans (février 1879), mariée depuis 2 ans, a un 1 enfant et il est vivant, née au Canada Français, aux USA depuis 1893; Lilliane Marotte, sa fille, 1 an (mai 1899), née au New Hampshire; Elmer Buckford, logeur, 31 ans, né au Canada, aux USA depuis 1894, journalier. Plusieurs autres logeurs s'ajoutent à la liste. Barthélémie et Caroline tiennent un maison de chambres. La famille de la soeur de Caroline, Odile et de son mari, Joseph Fortier, vit tout près.
Lors du recensement de 1910, la famille de Barthélémie habite le village de Rumford, au Maine. La maisonnée est composée de: Barthélémie (inscrit comme Barthelomiew Merrott), 67 ans, marié depuis 38 ans, aux USA depuis 1878; gardien de logeurs dans une maison de chambre; son épouse Caroline, 55 ans, a eu 8 enfants dont 4 sont vivants; cuisinière dans une maison de chambres; leurs enfants: Adeline (inscrite comme Adeline Stewart), 29 ans, mariée depuis 12 ans, a eu 6 enfants dont 4 sont vivants; née au Vermont; Alphonse, marié depuis 6 ans, né au Vermont, journalier dans un moulin à papier; Peter, 23 ans, marié depuis 3 ans, né au Vermont, journalier dans un moulin à papier; Annie, l'épouse de Peter, 20 ans, a eu 2 enfants qui sont en vie, née au Massachusetts; enfants de Peter et Annie: Raymond, 2 ans, né au Maine; Glendon, 8 mois, né au Maine; Eva, épouse d'Alphonse, 30 ans, qui n'a pas eu d'enfant, née au Québec, aux USA depuis 1899; Daniel Stewart, époux de Adeline, 40 ans, né au Canada anglais, aux USA depuis 1887, charpentier dans un moulin à papier; enfants de Daniel et Adeline: Harold, 10 ans, né au Maine; Clinton, 8 ans, né au Maine; Irene, 3 ans, née au Maine; Hazel, 1 an et 8 mois, née au Maine; Henry A., 1 mois, né au Maine; Maggie Toupin, 38 ans, a eu 2 enfants qui sont en vie, aux USA depuis 1890, serveuse dans la maison de chambre. On retrouve aussi dans la maisonnée plusieurs logeurs. Autour d'eux on trouve des Veilleux, des Siddall, des Johnson, des Palmer, des Duham, des Butterfield.
Le 31 mars 1914, à Rumford, décède Barthélémie.
Lors du recensement américain de 1920, Caroline habite dans la maison de chambres tenue par sa fille Adeline et le marie de celle-ci, Daniel Stewart, qui travaille dans une "Pool Room". Pierre Marotte, fils de Caroline et frère d'Adeline, habite aussi la maison avec ses deux fils. Il est veuf et débardeur pour le chemin de fer.
Lors du recensement de 1930, Caroline habite avec son fils Pierre, à Rumford, au Maine. Aussi avec eux, Glendon, fils de Pierre.
Caroline s'éteint le 8 janvier 1940, à Rumford, Maine, âgée de 86 ans.

1940_s_Caroline_Turgeon

Odile (Adèle): à l'âge de 18 ans, Odile épouse Joseph Fortier, à Saint-Herménégilde. Nous sommes alors le 9 juin 1873. En 1874, naît et meurt un fils anonyme. Puis, Marie Louise voit le jour le 18 juillet 1875. En 1876, Odile est marraine d'Alexis Galarneau, fils de sa soeur Marie Anne et d'Alexandre Galarneau. Elle répète la chose l'année suivante, en devenant marraine d'Alphonse Turgeon, fils de son frère Jacques et de Mathilde Gagné. Entre 1877 et 1889, voient le jour: Marie Adéla, Victoria, Elzéar (Henri); Victorine (Ida), Odile Anne, Laura Alice. À Sherbrooke, le 17 novembre 1889, Odile est marraine d'Elphège Beaulieu, fils de sa soeur Ernestine et de Cyrille Beaulieu. Sa fille fille Laura Alice décède le 11 août 1890. Les obsèques sont célébrées à Sherbrooke.
Lors du recensement de 1891, la famille de Joseph Fortier, cultivateur de 38 ans, et d'Odile Turgeon (35 ans) habite le canton d'Ascot, 14e famille du district no. 188, sous-district E Division No. 1 visitée par les "recenceux". Avec Joseph et Odile vivent leurs enfants: Marie (16 ans); M. adelina (13 ans); Victoria (11 ans); Joseph (9 ans) et Emma(?) (7 ans).
Naît ensuite Alice Victorine, le 26 avril 1891. La famille est encore dans le canton d'Ascot l'année suivante, car leur deux fillettes, Marie Louise et Alice Victorine sont enterrée à Rock Forest.
Lors de la naissance de Laura Alice, le 4 mai 1894, la famille est alors à Rumford, Maine, aux USA. C'est sans doute là que naît également Hector.
Lors du recensement de 1900, la famille de Joseph habite Rumford, au Maine. La maisonnée se compose de: Joseph, 46 ans (août 1853), marié depuis 27 ans, aux USA depuis 8 ans (1892), journalier du chemin de fer (R.R. Laborer); son épouse Odile, 44 ans (octobre 1858), qui a eu 11 enfants dont 6 sont vivants; leurs enfants: Victoria, 21 ans (septembre 1878); Henry, 18 ans (mars 1882), journalier; Ida, 15 ans (avril 1885); Alice, 6 ans (mai 1894); Hector, 3 ans (octobre 1896); ainsi que 9 chambreurs (boarders). Voisins d'eux, les membres de la famille de Barhélémie Marotte et Caroline Turgeon (la soeur d'Odile); aussi la famille de Joseph Couture, qui tient également une maison de chambres.
Le 3 novembre 1909, à Rumford, Maine, décède Joseph Fortier, le mari d'Odile.
Lors du recensement de 1910, la famille d'Odile habite Rumford, au Maine. La maisonnée se compose de: Odile (inscrite comme Oddila Fortier), 58 ans, qui a eu 11 enfants dont 6 sont vivants, "keeper boarders" dans une "Boarding house" (gardienne de chambreurs dans une maison se chambres); ses enfants: Alice, 16 ans; Hector, 13 ans; son gendre Peter Perry, 35 ans, marié au cours de l'année, "pool room keeper" (gardien de salle de billard); sa fille Ida, épouse de Peter Perry, 25 ans.
Lors du recensement de 1920, la famille d'Odile habite Rumford, au Maine. La maisonnée se compose de: Odile (inscrite comme Mrs Joseph Fortier), 62 ans; son fils Hector, 23 ans, marié depuis 1918, "repairman" dans un moulin à papier; sa brue Germaine (épouse de Hector), 22 ans; son petit-fils, Alton, 2 mois. Autour d'eux il y a des Leblanc, des Merrit, des Mercier, des Guerette.

1920_recensement_Odile_Turgeon
Selon l'arbre généalogique de la famille Bentley, sur Ancestry, Odile s'éteint le 19 juin 1928, âgée de 73 ans, à Rumford, Maine.

Ernestine: en 1876, Ernestine épouse Cyrille Beaulieu à Saint-Herménégilde. Elle a alors 20 ans. Le 11 février 1877, elle est marraine d'Adéline Turgon, fille de son frère Pierre et de Lucie Bergeron. Puis, son fils Arthur voit le jour le 6 mai 1878. Un peu plus d'un an plus tard, elle est marraine de Joséphine Turgeon, fille de son frère Jacques et de Mathilde Gagné. Son fils Albert vient au monde le 3 mars 1880.
Lors du recensement de 1881, la famille de Cyrille et Ernestine habite le district 54 (Compton), sous-district No.1 de Hereford West. Lui dit être un fermier de 27 ans et elle affirme avoir 23 ans. Avec eux vivent deux de leurs enfants: Arthur (3 ans) et Albert (1 ans).
Leur fils Jean serait né en 1882. Leur fille Malvina vient au monde dans le canton d'Ascot le 17 juin 1887. Ernestine est marraine de Laura Alice Fortier, fille de sa soeur Odile et de Joseph Fortier, en 1889. Entre 1889 et 1899, à Rock Forest (canton d'Ascot), voient le jour: Elphège, Wilfrid Omer, Aurore, Ovila et Dorothée Alice.
Lors du recensement de 1901, la famille de Cyrille et Ernestine est dans le canton d'Ascot. 8 de leurs enfants vivent avec Cyrille et Ernestine: Albert (21 ans); Jean (19 ans); Malvina (14 ans); Alphège(?) (11 ans); Omer (9 ans); Aurore (5 ans); Ovila (4 ans) et Dorothé (2 ans). Vivent également avec eux la mère d'Ernestine, Ursule Bilodeau (76 ans). Ils ont pour voisin la famille de Louis Turgeon et celle de John Athinson.
Leur fils Henri naît le 22 janvier 1903 et est baptisé à Rock Forest.
Lors du recensement de 1911, la famille de Cyrille et Ernestine habite le canton d'Ascot. Parmi leurs voisins on voit les familles de Wilfrid Turgeon, Louis Turgeon, Lionel Laundry…
Avec Cyrille et Ernestine vivent 6 de leurs enfants: Aldina (Malvina?) (24 ans); Omer (19 ans); Ovila (14 ans); Aurore (13 ans); Alice (12 ans); Henry (8 ans).
Le 30 mai 1915, Ernestine est marraine de René Alphonse Turgeon, fils d'Émile et de Virginie Deschênes.
Elle s'éteint le 10 décembre 1920, à Rock Forest, âgée de 64 ans.

1920_s_Ernestine_Turgeon

Agnès: je n'ai aucune idée de ce qu'est devenue Agnès. Elle a 14 ans lors du recensement de 1871, et habite le canton de Hereford avec sa famille. Par la suite, mystère.

Joseph: il habite sans doute le canton d'Ascot lors de son mariage avec Mary Ann Simpson, en 1886. Il se dit alors cultivateur. Il a 27 ans lorsque naît sa fille, Marie Anne (Annie), en mai 1887. En mars 1888, il est parrain d'Edouard Turgeon, fils de son frère Jacques et de Mathilde Gagné.
Joseph Turgeon, un cultivateur du canton d'Ascot, se rend au cabinet du notaire Archambault, à Sherbrooke, le 23 juillet 1888. Il y rencontre Alfred Holson, du canton d'Orford. But de la rencontre: Joseph vend à Holson son lopin de terre de 50 acres, situé dans la partie Sud du lot #10, dans le 11e rang du canton d'Ascot. L'acte de vente mentionne que le reste du lot appartient à Jacques Turgeon. Il n'est pas précisé, toutefois, s'il s'agit du père ou du frère de Joseph. Cette précédente transaction fut enregistrée par le notaire A.W. Lippé dans le Registre B de Sherbrooke, volume 43, #329, le 26 octobre 1885. Joseph vend sa parcelle pour 425$, qu'il confirme avoir déjà reçus. Sitôt l'acte de vente conclu, Joseph loue pour un an ladite parcelle à Holson pour 70$.
19 mars 1889: Quittance de Joseph Turgeon à Alfred Turgeon.
Selon le recensement de 1901, Ed. J., fils de Joseph et Mary Ann, serait né le premier octobre 1890.
Lors du recensement de 1901, la famille de Joseph est à Nelson City, en Colombie Britannique. La maisonnée se compose de: Joseph (inscrit comme Joseph Sturgeon), 41 ans (31 mars 1860), "Hotel Keeper"; son épouse Mary Ann (inscrite comme Mary A.), 38 ans (6 octobre 1866); leurs enfants: Annie, 13 ans (8 mai 1887); Ed.(?) J., 10 ans (1 octobre 1890). Aussi, avec eux, 2 cuisiniers, deux serveuses, 2 bartenders, et plusieurs "Lodgers".
Voilà où se termine la piste pour la famille de Joseph.

1901_recensement_Joseph_Turgeon

Louis: nous avons vu que Louis, cultivateur, épouse Demerise Rousseu, en janvier 1887, à Sherbrooke. Il a alors 24 ans. Le 19 juin de la même année, toujours à Sherbrooke, il est parrain de Malvina Beaulieu, fille de sa soeur Ernestine et de Cyrille Beaulieu.
6 novembre 1888: Dans le cabinet du notaire Archambault de Sherbrooke, Louis Turgeon dit qu'il a reçu de Cyrille Beaulieu, son beau-frère), toutes les sommes dues suite à la vente du 8 février 1888 devant le notaire Noel. Ladite vente est enregistrée dans le Registre B de Sherbrooke, volume 43, #470, p. 684.
Louis et Demerise voient arriver leur fils Lucien, le 3 décembre 1889.
12 août 1892: Au caminet du notaire Archambault, Louis loue à Joseph Garaud (Garant?) sa parcelle de terre du lot #7 dans le 12e rang du canton d'Ascot pour 5 ans. Il est mentionné que cette parcelle, il l'a eu de son père, Jacques Turgeon, le 3 avril 1883. Ledit fut divisé en 3, ce jour-là. Louis en a eu une partie, les deux autres sont allées à Joseph Fortier (époux de sa soeur Odile) et à Joseph Turgeon (son frère). Louis recevra 50$ par année pour cette location.
Rosario Louis aurait vu le jour en 1893. Suit Antoinette en 1895. Puis naissance et mort d'un enfant anonyme en 1898. À Rock Forest, le 18 décembre 1900, vient au monde Alice Rosa (Gracia).
Lors du recensement de 1901, la famille de Louis (cultivateur) et Démerise habite le canton d'Ascot, voisin de la famille de Cyrille Beaulieu et Ernestine Turgeon - la soeur de Louis -, où vit sa mère, Ursule Bilodeau. Avec Louis et Démerise vivent 5 de leurs enfants: Oliva (12 ans); Lucien (11 ans); Rosario (8 ans); Antoinette (5 ans) et Rosy (4 mois). Ils ont aussi pour voisins, la famille de Ludger Boisvert.
Une petite fille, peut-être nommée Edna, aurait vu le jour en 1902. 1904 voit la naissance et la mort d'une enfant baptisée Odéline Rosanna.
Lors du recensement de 1911, la famille de Louis et Démerise habite le canton d'Ascot. Ils ont pour voisins les familles de Cyrille Beaulieu, Wilfrid Turgeon, Joseph Dumont, Fred Landry. Six de leurs enfants habitent avec le couple: Oliva (22 ans); Lucien (21 ans); Louis (18 ans); Antoinette (16 ans); Gracia (10 ans); Edna? (9 ans).
Le 11 novembre 1917, à Rock Forest, Louis est parrain de Roméo Roger Turgeon, fils d'Émile et de Virginie Deschênes.
Lors du recensement de 1921, la famille de Louis et Démerise semble habiter au même endroit qu'en 1911, si on se fie aux voisins qui sont à peu près les mêmes: Cyrille Beaulieut et Wilfrid Turgeon. Plusieurs enfants sont encore avec eux: Oliva (32 ans); Lucien (30 ans); Louis (28 ans); Antoinette (24 ans) et Gracia (20 ans).
Louis est parrain de sa petite-fille, Georgette Turgeon, fille de son fils Lucien et de Lucienne Verville, le 5 juillet 1923, à Rock Forest. Louis s'éteint le 26 mars 1937, à Rock Forest, âgé de 75 ans. Il est inhumé à Rock Forest trois jours plus tard.

1937_s_Louis_Turgeon

Marie: je ne sais que très peu de choses de Marie. Lors du recensement de 1871, elle n'a que 7 ans et vit, bien sûr, dans le canton de Hereford avec sa famille. La seule autre donnée que j'ai trouvée à son sujet est qu'en 1884, à Sherbrooke, elle est marraine de Victorine (Ida) Fortier, fille de sa soeur Odile et de Joseph Fortier.

Rose de Lima (Delia): Delia a 13 ans lors du recensement de 1881. Elle habite alors le canton d'Orford avec ses parents, ses frères et soeurs. Le 31 janvier 1892, à Rock Forest, elle est marraine d'Omer Beaulieu, fils de sa soeur Ernestine et de Cyrille Beaulieu. Par la suite, plus de trace de Delia.